L'eau du canal

Publié le 20 Janvier 2017

   

 

  L'eau du canal a gelé par endroit.        Mais on aperçoit pas toujours la glace, ..  on voit une branche posée sur l'eau, comme portée par le souvenir de la glace.

                  *******

Je l'ai trouvée, la porte.  La porte qui donne sur le vide. 

C'est bizarre, c'est exactement comme si ça avait toujours été la porte qui donne sur les fantômes. La porte qui fait peur.

Je l'ai trouvée en méditant.  Il n'y a plus personne qui parle dans mon casque, rien que le gong du début et le gong de la fin

Et entre les deux je navigue, enfin non, c'est moi qui fait l'eau.

Je suis de l'eau.  

Pas tout le temps, parceque le caquetage reprend sans arrêt,                                                 Le défilement d'images aussi,  assez brutal,  parceque je m'efforce de l'éloigner et parfois il surgit comme s'il avait du retard à rattraper.                                                                                    Mais les mots,  les mots sont tout le temps là,  ils se collent, et eux , c'est très difficile de s'en débarrasser.                                                                                                                                    Mais parfois il n'y a plus rien.                                                                                                         Juste une sensation diffuse, comme si j'étais de l'eau,  et ce rien m'est aussi attirant, ausi douillet qu'un duvet, c'est du rien magnifique.

Du coup je me mets à le chercher partout ce rien,  dans la journée,   quand je cours, quand j'ai envie de fumer.                                                                                                           

Ce vide, ce rien, est un bel objet poli et translucide, dans lequel je peux entrer,  

 

et après ?

*********

 

 L"imagination est une vraie calamité, pour plein de choses dans la vie, on serait bien mieux sans imagination.                                                                                                                           Peindre avec l'imagination qui court à côté comme un chien, c'est un emmerdoir.                    Elle passe son temps à raconter des choses qui ont l'air bien intéressantes comme ça , de loin, mais si on s'avise de les utiliser, ça devient convenu, banal, moche comme tout

 

L'imagination quand on a des sens, c'est une plaie.  Ça fait un vacarme épouvantable dans la tête et ça nous empêche complètement de faire attention à ce que nos sens nous disent.

 

ça rejoint ma rencontre avec le rien

 

Les mots, ce gros tas de mots,  si on arrive à le laisser dans un coin, sage , pas bouger,  on se retrouve cru, nu, à même..

 Et l'histoire commence à être autrement plus intéressante.

Rédigé par Planeth

Commenter cet article

Maryline 22/01/2017 12:30

Bonjour, je te souhaite une bonne et belle année 2017.
Que deviens-tu ?
Bisous, Maryline

anne 02/02/2017 11:06

Hello Maryline, je t'ai envoyé un mail, as-tu toujours la même adresse?