Publié le 26 Juin 2009

edit de 16h59: Toujours à propos du film "Home"  : 
à l'origine de cette expression: éco-tartuffe,     il y a eu ça:

Les éco-Tartuffe - Nicolas HULOT
envoyé par mattlouf - L'actualité du moment en vidéo.




Hier j'ai ressassé les innombrables photos prises aux Etats-Unis , l'été 2006.
On a grevé notre dette carbone en prenant l'avion (et pas moyen de se racheter une "indulgence", comme YAB...), mais cet autre ailleurs, le découvrir avec les gars... c'était bien...





edit de 11h32:
Bon okay je vais pas très vite, mais si si, je bosse:



Voir les commentaires

Rédigé par Planeth

Publié dans #Vie de famille

Publié le 24 Juin 2009



Observer les oiseaux, ce n'est surtout pas les chercher, vouloir les trouver, les scruter d'une façon inquisitrice.

Si on s'arrête, comme transparent, comme un feuillage soi-même, les yeux balayent la végétation, ou mieux ils ne font rien, ils sont comme deux lucarnes tranquilles, on n'est qu'une vaste lucarne tranquille.

Un mouvement, un froissement d'aile, un éclat blanc, et l'oeil se pose sur l'oiseau. Il ne le prend pas, il ne le capte pas, il l'effleure.
 Un autre bruissement quelque part et notre regard recueille quelques battements, un mouvement de la nuque de l'oiseau.. même sans en avoir l'entièreté, on devine par son geste, parfois, quel est l'oiseau.


Observer une personne devrait tenir de la même respiration: ne pas capter , ne pas jauger, ne pas prendre, laisser le regard effleurer, la conscience de l'autre se faire, deviner, sans s'appesantir, laisser l'idée prendre corps.


                                                        ~~~~~~




Photo F.Patay


  Courir le matin dans la forêt, ça permet parfois de mettre en mots les multiples signaux que l'on perçoit au fil de nos périgrinations internes..  J'appelle ça débobiner la bobine.

Je suis en train de m'approprier le livre parfait de Steven Forrest (avec un nom pareil forcément): Le Ciel intérieur. Comme me l'a fait remarquer ma copine C, il se boit comme un roman. Et plus encore, il s'infiltre , on l'absorbe comme une vague douce montant sur la plage des Dames.

Moi qui crie victoire à chaque fois que je pense avoir décodé un morceau de mes corridors intérieurs, je commence à comprendre que des portes, il y en a un certain nombre, et que ce n'est pas en en ouvrant une ou deux qu'on a les réponses à toutes nos questions.

Il y a la porte de "comment je me positionne face à l'autre", la porte de "sais-je donner, sais-je recevoir?", la porte de "donnez moi des questions, pas des réponses", enfin là je parle pour moi..

        Donc ce matin en courant, j'appréhendais le fait que si ma vie n'est qu'un flot de questions continu, ce n'est absolument pas un souci pour moi, et je ne veux pas qu'on me donne des réponses, je veux qu'elles s'insinuent en moi lentement, comme absorbées par ma respiration, je veux continuer à penser que certaines n'appellent pas de réponses dans cette vie-ci, je ne me sens vivre que dans la quête, pas dans la certitude.
Ma peinture est à l'image de ça, je ne me positionne pas dans la certitude de ce que je veux représenter, je suis sur un cheminement  peut-être intuitif, mais yeux et oreilles ouvertes,  quelque chose doit venir sur mes toiles, mais qui l'amène, est-ce moi? pas sûr, en tout cas pas besoin d'avoir la réponse à cette question.

Maintenant, l'évènement de ce dimanche m'a montré un autre secteur de ma forteresse, et le mot est choisi à dessein.
Une lune en Cancer en maison VII pouvait signifier pour moi (et c'est jusque là ce que j'en avais traduit) un besoin de cocon familial, une tendance mère poule, un surinvestissement de la relation de couple et parentale.
Bien que cette image ne soulève pas chez moi une adhésion totale, je m'en contentais.

Mais la lune en cancer m'apprend en fait bien autre chose:  le fameux bouton ON/OFF, l'art et la manière de créer autour de son soi émotionnel une paroi aussi inviolable que de l'acier.
Le drôle de la chose, c'est que le virtuel, sans dangers, fait tomber toutes mes défenses: mon coeur se fissure ou implose devant un film, en écoutant une musique, en lisant un texte. Il faut bien que ça passe par un canal de dérivation!
Mon mercure en ascendant s'agite comme un lutin aux multiples visages, et j'adapte mon comportement aux circonstances, comme un caméléon. Donner le change..

    Y-a-t-il quelque chose à modifier à cela, est-ce un mal, est-ce un bien? 
Si j'en suis à me poser ce genre de questions, c'est que la petite personne"je ressens" planquée comme une souris demande de l'air,  mais ne trouve pas la clé.

Car mon urgence à moi aujourd'hui, c'est le besoin de donner,

mais si je ne sais pas recevoir, mon offrande sera vide.

Voir les commentaires

Publié le 21 Juin 2009

Voilà, j'ai enfin trouvé un format adhoc comme le poisson...
J'espère que mes coreligionnaires ne m'en voudront pas d'avoir feint penser qu'elles étaient d'accord pour apparaître ici... J'occupe exagérément la vidéo pour cause de mien doud vidéaste, désolée
 Le morceau de zique c'est "The pretender", des Foo Fighters, un morceau lumineusement fourni par Simon , merci à lui et à son à propos musical!




Le truc, c'est que cette fois je l'ai vue... la porte du fond. Celle derrière laquelle je me planque quand c'est "trop".
Pendant presque deux heures, je n'ai eu aucun mal à m'agiter, sourire, accoler, étreindre... Mais en fait, je n'y étais pas, à l'étage concerné ... genre en anesthésie locale, voyez... 
Je me doutais que je possédais un interrupteur ON/OFF, pour les situations difficiles. Là, je l'ai vu.

J'ai quand même réussi à m'arracher un centimère carré d'intérieur de joue.

J'admire mes copines qui assument le trop plein d'émotion, le stress un peu électrique généré, sachant en reconnaître les effets dans leur fatigue, dans leur vertige ultérieur.
Moi je disais: nan, ça va , ça va super... En passant la soirée comme une loque sur le canapé au lieu de courir les concerts de la fête de la musique, j'ai fini par me douter de l'astuce de mon petit cerveau..Salopiaud va...

Sinon, comment dire, on espérait que ce serait comme ça, mais le voir en vrai c'est quelque chose, les gens qui s'élancent de loin , ceux qui hésitent avec un sourire et cèdent enfin , ceux qui remercient le geste, ceux qui disent: mais moi j'en ai besoin! ceux qui font durer, ceux qui serrent fort, 

Les filles, ah, les filles elles comprennent tout de suite, elles sont géniales, mais les gars finalement, pas si coincés, pas si fuyants,

Finalement ce sont souvent les couples âgés qui étaient le plus loin de nous,  le moins concerné, le moins accessible...


Alors c'est sûr, on le refera!!


n'empêche, qui a réussi à faire les plus beaux doublés.. hein AnneC?

Voir les commentaires

Rédigé par Planeth

Publié dans #Expériences...

Publié le 21 Juin 2009

Oui je sais, je fais plus souvent part de mes enthousiasmes que de mes déceptions dans ce blog, une façon comme une autre de considérer le verre à moitié plein...

Donc , je suis encore tout au bonheur de ma découverte d'hier apès-midi:

Pré-inscrite à la
FLETC depuis quelques semaines, je suis allée aux "Portes ouvertes", pour y finir mon inscription.
Je n'avais pas dans l'idée d'avoir à être convaincue ou pas par l'établissement et les gens rencontrés.. j'étais déjà convaincue du bien-fondé de mon choix.

Donc j'y allais vraiment relax.

Evidemment la rencontre avec le directeur de cette école ressemble à un épisode des Marx Brothers , mais de mon point de vue, le peu d'emphase de la chose ne pouvait que renforcer mon intérêt.. Les gens qui se prennent pour le centre de la galaxie par leur fonction-z-et titres me laissent toujours plus que dubitative.

Le reste de l'équipe semble tout autant dénué de quand-à-soi amidonné, ce qui me va parfaitement.

La présentation, passés les côtés pratiques, voire pragmatiques de la formation, a foncé vers le fond et la chair de la matière, et c'était déjà passionnant.

Donc j'ai très hâte.


Ensuite on est passés voir les élèves de troisième année, fraîchement revenus de Chine, et tout à leur après-midi de soins pratiques sur patients volontaires... 

Volontaire je l'étais bien-sûr:  être diagnostiquée par une demi-douzaine de futurs praticiens, ça vaut le coup!

 C'est là qu'on se rend compte du précis de la chose, des multiples cheminements possibles dans la recherche des causes et des symptômes,
Côté patient on se rend compte aussi de l'impact de la personnalité du futur acupuncteur, celui ou celle à qui on aura envie instinctivement de préciser son état interne..ou pas.
Je pouvais déjà m'imaginer ce qu'essaierai de faire ou de ne surtout pas faire face à un futur patient.

    Evidemment, farceuse comme je suis, je leur ai présenté un pouls changeant comme une danseuse sur fil, ce qui les a bien plongés dans l'embarras. Après trois diagnostics différents, le mot de la fin est venu de la prof qui a conclu en souriant:  "son pouls change tout le temps: elle est dans l'émotionnel, ... et dans le contrôle"..

Ah? Ben moi qui croyais nager en pleine zénitude, trahie par mon pouls, je vous le dis, je me suis sentie transparente d'un coup là...

Ben je sais, c'est Saturne: en ce moment il transite en carré mon Ascendant, ce vieux barbon, alors c'est sûr, tenue je suis, car à l'oeil il m'a!  ;0)

Bon sinon j'ai la rate qui se dilate mais ça, j'ai l'habitude, tant que je ne serai pas un peu plus carrée avec mes habitudes alimentaires mon cher Watson...


Brefle, je sautille de joie intérieurement, parce que pour l'instant mon intution m'a parfaitement radio-guidée (même si parfois en passant par quelques étranges dérivations)

Voir les commentaires

Rédigé par Planeth

Publié dans #Expériences...

Publié le 18 Juin 2009




























  Je rappelle aux Toulousains qui passeraient par là qu'on organise un Free Hugs Dimanche après-midi sur la place du Capitole à partir de 15h. Rendez vous est donc donné à tous les velléitaires, porteurs d'un tee-shirt comme ci-dessus, et/ ou un panneau du même acabit!


Free Hugs ! Câlins gratuits!

Dimanche 21 Juin 2009, 15H  RV devant librairie Castela, Place du Capitole


PS: Je vous aurais bien montré la vidéo de Simon prise hier soir pour le spectacle de fin d'année-guitare:
Power Slave (Iron Maiden), morceau qu'il a joué avec son compère Jack, mais il n'est pas tout seul sur la vidéo , donc..
Je peux juste vous dire que c'était nickel et qu'on était très très fiers de nos garçons.




Voir les commentaires

Publié le 15 Juin 2009

Non, pas grand chose à dire, mais j'ai envie d'être là.

Le jour J est passé, c'était...presque facile? Rescue aidant bien-sûr,  et toutes on a passé l'épreuve du feu sans sourciller. (y a des trucs là:http://www.dailymotion.com/planeth)

 Si c'est à refaire, je le referai. En fait j'ai très envie de chanter... mais j'ai pas dix vies...

"Mars" doit titiller la maison, y a plein de trucs qui merdoient, mais c'est juste du matériel, et je m'en fiche assez pour tout dire.
La maison est toute belle, j'ai enfin pu planter glycine et bignogne, j'espère qu'elles vont envahir la pergola, les murs, les gouttières!

Même pas besoin de méditer aujourd'hui, juste envie de me plonger dans des tas de livres jusqu'à plus soif, ma peinture attend.
Plus Juin s'annonce précipité , plus je décélère, plus je m'alanguis, plus je m'amollis. Pas envie de me transformer en automate des choses à faire .

Grâce à mon oncle diligent, j'ai retrouvé des dessins de mon grand oncle, une de ses auto caricature, (comme il ressemble à mon frère ainé c'est ahurissant!)  des silhouettes de jeunes femmes en capeline..

Je suis un bout ici, un bout dans le passé, un bout avec Yu le Grand et ses  enjambées qui ont mesuré la Chine , un bout avec les planètes qui tournent au dessus de nous, un bout à deviner les dessous de Lilith, un bout à me projeter entièrement dans la maison IX... Brefle, loin d'être très efficace, mais sereine, oui, assez bien merci.


Voir les commentaires

Publié le 13 Juin 2009

Anniversaire fantôme...Anniversaire fantôme...

 

Toute la journée, hier, j'ai tourné autour d'un questionnement, quel jour était morte ma maman? et mon père?

Le soir, j'ai enfin retrouvé l'agenda, la date.. Le 12 Juin 2005 pour maman, le 10 Avril 1995 pour papa.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Planeth

Publié dans #Boîte à souvenirs

Publié le 11 Juin 2009

Virtuel, pour l'instant, juste virtuel..

Sainte Cécile, veillez sur moi.
Samedi je serai comme une petite fille à l'école des fans, penaude au milieu de la scène, mon micro tremblotant à la main.
Une première, ma première: chanter seule devant des gens que je ne connais pas.
Trois minutes et des brouettes...
J'ai juste peur d'avoir peur.
Mais j'aime bien ça...

Voir les commentaires

Rédigé par Planeth

Publié dans #Expériences...

Publié le 9 Juin 2009



Ça y est, Neptune, cette belle mystificatrice, consent à me lâcher l'imaginaire, ne plus voir des reflets d'eau là où il n'y a que du sable sec,  des migrations de fous de bassans où il n'y a qu'un envol de moineaux, reprendre pied est un plaisir, ouvrir les yeux sur l'aujourd'hui et continuer de plus belle à peindre les évanescences de l'air et de l'eau, de la terre et du ciel...
Hi Haaa!


edit de mardi 15h: Une pensée étrange vient de me traverser l'esprit:
Un cerf-volant reste en l'air autant de temps qu'il est tenu par un fil , si le fil est rompu, le cerf-volant tôt ou tard retombe au sol....








 


Voir les commentaires

Publié le 5 Juin 2009

Edit de Samedi:
Moi et l'amie Carole, on organise le dimanche 21 un Free Hugs sur la place du Capitole RV à 15h près de la papeterie Castela avec un tee-shirt blanc marqué "Free Hugs" et/ ou  "Calins gratuits" et un carton blanc portant la même inscription!
A bientôt!





petit morceau perso   


      Il est 7h15, il pleuvine, 
 Une oie sombre comme une bernache traverse le ciel au ras de la maison, elle appelle... Ses copines de voyage sont-elles parties plut tôt, sans la réveiller? J'aime les traversées migratrices, elles me tirent, elles me tirent..(mais que fait une oie sauvage à migrer en Juin?)

... et les dernières foulées de ma course, ce matin, m'ont fait croiser la grâce  d'une  petite salamandre (que j'ai ramenée à la maison, au pied d'un chêne)



edit de 17h31:
Saturn opposition Chiron pits self-limitation and structure against the pain of our psychological wounds. Essentially, we are either locking ourselves up in a straitjacket of responsibilities or we suffer pain and frustration related to repeated negative patterns. These patterns may have first been revealed in the relationship to the father or other parental or authority figure. However, the stiff upper lip approach to these issues is not going to bring resolution. People with this aspect will suffer much self-limitation and be unable to show their true nature until they confront their pain and deal with it. This will take time and effort, and will probably be difficult and frightening as it involves letting go of the security of control represented by Saturn. These people have to be willing to risk the disapproval of others (particularly the disapproval of the father or inner father image). Ironically, until they do this they will generally fall short of that approval despite their attempts to please due to the undermining effects of Chiron wounds.

Oh combien...  La solution paraît parfois de diriger aimablement sa petite auto sur un platane.

Mais je sais ce que j'ai à chercher, tout me le crie, les symboles me sautent au visage à chaque seconde. 
Mais la raison n'a rien à voir, ni la volonté. Juste écouter les voix anciennes.




                                                    ~~~~~~


Le travail de ces jours-ci, grâce à pote Philippe, un petit nid de pie, magnifique pour dormir, méditer, etc... ;0)

Voir les commentaires

Rédigé par Planeth

Publié dans #Vie de famille