Publié le 21 Janvier 2014

 

 chevaux2.jpg

 

 

Ignorer les étoiles,

Ils me font rire, les sceptiques, les pragmatiques, les cartésiens... Quoi de plus logique que de vivre sur la terre (une petite boule au milieu du reste) et de faire abstraction de tout ce qui se passe en dehors de notre atmosphère. ça me fait penser au dessin de Franquin dans "Idées noires": le petit couple au bord de son jardin qui donne sur plus rien , la Terre ayant explosé.  Monsieur dit à madame : "viens chérie, allons nous coucher, ça ira mieux demain".

 

Ce matin, je me suis réveillée avec un chat velu sous le plexus. Ça m'arrive.  Je ne sais pas d'où ça vient, j'essaie de respirer plus fort pour le faire partir, mais quand il est là, c'est moins pratique.  C'est pas une sensation subjective, une humeur, non non, c'est un poids physique, comme quand on se lève avec mal au dos.

 

Moi, j'avoue, je suis sous influence. Mais ne ricanez pas, les autres, tout le monde l'est.

Et de l'être me passionne, c'est comme des filtres de couleurs, on ne voit pas les choses de la même façon suivant les influences.  

 

 

Y en a plein des influences.

Des influences énergétiques, magnétiques, elles émanent de tout, de tout ce qui est vivant.

Moi je me penche sur celles des planètes.

 

Comment vivre sur la Terre en ignorant les étoiles.  Déjà regarder le ciel, c'est piégeux, hypnotique, 

La lune, regarder la lune, vous avez remarqué ?  On ne peut pas s'en détacher, elle est comme un aimant, surtout quand elle est dans un halo parcequ'il y a des nuages tout autour, là c'est magique.

Bref, ce ciel bourré jusqu'à la gueule, dans lequel on est plongé, bien-sûr que nous, pauvres petites particules de rien du tout, on valse comme des minuscules électrons dans tout ça.   

Et les petits électrons poussière disent en allant au boulot le matin : "l'influence des astres, puis quoi encore, moi je crois ce que je vois....."

 

Ah ah ah....

 

J'ai pas décidé.  Vers 15/16 ans,  j'ai trouvé ça pour arriver , non pas à comprendre , mais à supporter les humeurs de merde de papa. Après ça a continué, par intermittence: "et vous vous êtes quel signe?"

C'était approximatif, sans bases, juste une accumulation d'observations de gens, ça se met dans un petit recoin du cerveau, ça sert à rien.  

 

Ça m'a repris y a quelques temps,  il faut dire que j'ai une copine sorcière, ça m'a gagné de la voir parcourir les éphémérides comme qui rigole. Mais je ne lui arriverai jamais au talon. Elle a le sens.

 

Ça ne change pas la vie d'observer les transits, ça rend curieux, et tolérant, ça c'est pas mal, enfin, un peu tolérant, pasque bon...

De toute façon, si j'ai une influence à la cacafougna, je serai moins tolérante, ah bé oui.

 

Mon fils hier: mais t'expliques ça comment, hein, ah tu vois, tu ne peux pas l'expliquer.

 

Non je ne l'explique pas, mais  quand dans le ciel, une planète passe au même endroit qu'elle occupait le jour de ma naissance, ça s'appelle une conjonction, et même une révolution, quand elle passe à 90° d'une autre de mon ciel natal, c'est un carré, etc, etc... et rationnel ou pas,  moi, l'influence, je la sens.

Mais quand on vous dit que le temps ni l'espace n'existent en fait, ça vous laisse pantois, et dubitatifs, même si ce sont des génies de la science qui l"ont proféré.  

Quand on vous dit que l'étoile que vous voyez briller , là, elle est morte depuis des centaines de milliers d'années, c'est pas juste magnifiquement désordre ça?  Et pourtant, c'est SCIENTIFIQUE...

 

Alors mes petites hisoires d'influence, là-dedans, c'est un peu comme si le chat de ma grand-mère faisait pipi sur le Yucca...   un effet collatéral du grand bordel tout partout qu'on n'y pige que pouic en final. 

 

Et mon chat velu dans tout ça?  Je vais aller vérifier, mais les poumons c'est sous influence des Gémeaux, et la planète maîtresse des Gémeaux, c'est Mercure..  un petit carré?  mon petit carré Lune-Mercure d'hier?  

 

Allez,... bonne nuit 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par Planeth

Publié dans #Expériences...

Publié le 11 Janvier 2014


 

F1000023.jpg

 


  C'est bizarre les images-souvenirs, quand on n'essaie pas de les ranger proprement, de les classer, de les habiller comme il faut..

Ce matin ,  je me suis réveillée avec des mots et des flash

Il y avait des dents, les dents très bien rangées, petites et parfaites de mon père , des mâchoires musclées et carrées qui broient, des éclats de lumière sur des fusils posés sur une table brune, des éclats de voix

Il y avait des mots : incendie sous la peau, prédateurs, carnassiers, viandards

Mon père bouillonnait de chaleur interne et pendant longtemps, je suis allée me coller à son flanc le matin, comme un chien contre un poêle .
Le soir , je m'endormais de la même façon, sur le canapé du salon, lovée dans son antre, comme dans les pattes d'un ours

Lorsqu'il était en colère , il devenait rouge et ses yeux faisaient des éclats noirs, ses hurlements sortaient comme la vapeur d'une cheminée de paquebot, les mots les plus humiliants sifflaient sur nos têtes,

Mes signes sont de feu, tous. Et pourtant, ou peut-être justement à cause de ça, la présence de l'eau me fait me retrouver, m'apaise , les endroits marquants pour moi sont les ponts, les bords d'eau, les rives, voir le courant..

Les souvenirs sont brülants, incendies sous la peau...

Voir les commentaires