Publié le 17 Février 2014

 autoport2.jpg

 

 

Y a des jours où

 

Y a des jours où  je me sens comme une midinette, je voudrais mesurer 30cm de moins, savoir porter des talons hauts et me maquiller les joues

 

Y a des jours où  je me sens comme un camionneur, j'ai envie de metre des grosses boots, une grande parka et marcher la clope au coin du bec

 

Y a des jours où  je ne pense qu'à regarder la lune, les nuages et le fil de l'eau , et je flotte avec le sourire dedans

 

Y a des jours où je me sens électrique comme une balle perdue et si on s'approche ça crépite

 

Y a des jours où je veux faire sérieuse, alors j'émets des raisonnements doctes , et je prends la voix qu'il faut

 

Y a des jours où je me terre dans mon intérieur, je ne peux pas aligner une phrase à quelqu'un, je ne suis plus juste timide mais terrorisée par les autres,   c'est  "n'habite plus au numéro demandé"

 

Y a des jours où je me jetterais bien  au cou du monde entier avec les sourires et les dents et les bras, tout l'intérieur rigole

 

A chaque fois, je me demande ce qu'il se passe et pourquoi je suis si différente du jour d'avant

 

A chaque fois

Voir les commentaires

Publié le 7 Février 2014

 

feu2.jpg

 

Voilà, j'aimerais les retrouver plus souvent

Je vais les retrouver plus souvent

Les instants poreux

 

Le reste, c'est le temps qui bouge comme une rivière pleine de tout ce qu'elle a charrié en descendant le cours, il est plus lourd, il est morcelé, il est plein de choses hétéroclites, mélangées, confuses, il roule comme un chariot, avec fracas, 

Du coup on en oublierait presque de faire attention aux minutes poreuses.

C'est les plus importantes, elles laissent du goût sur la langue, comme du sel, après une journée à la mer.

Elles laissent des flash dans les yeux, des images collées à la rétine, et ça s'accompgane d'une grande respiration.

 

C'est pour ça qu'on est là, c'est pour elles.

Et on y pense pas.

 

Y a pas de bonnes raisons pour qu'elle apparaissent ou non, ça tient du magique, 

c'est pas parce qu'on est de bonne humeur ou qu'on a rien raté, c'est pas pour un parce que.

Elles ont du goût pour garder pendant des jours et des jours.

 

Ça ne sert à rien que je décrive les miennes, même si c'est tentant, de parler de quand je suis passée sur le pont et que tout à coup de regarder juste l'eau et le ciel par dessus, c'était incroyablement réussi, et incroyablement joyeux, les larmes de nuages comme des peintures opaques sur le gazeux du ciel,

enfin, je ne vais pas essayer de mettre des mots, ça servirait à rien. Je ne suis pas Giono.

 

Ce qui me semble important , là tout de suite , c'est que maintenant je suis absolument sûre qu'il n'y a aucune raison à la survenue de ces petites flaques merveilleuses,  qu'on soit de mauvais poil la minute d'avant, qu'il pleuve, que les anicroches nous ralentissent, rien n'empêchera qu'une des ces splendides minutes ne survienne tout à coup, 

 

Et on en reste coit, c'est à peine si on y croit, d'ailleurs on en perd souvent des ces instants, parcequ'on y croit pas.. 

Quel gachis.

Parce qu'alors, y a un truc qui vous fait monter au dessus, dans la montgolfière, et respirer même n'a plus rien de difficile, on est écarquillé de se sentir aussi parfaitement bien.

 

Voir les commentaires