peinture facile?

Publié le 12 Mai 2007

Souvent me vient cette question quand je peins:

Est-ce qu'à partir du moment où on a la sensation de la facilité c'est bon signe?

Pour plein d'autres choses, j'ai le sentiment d'être sur la bonne piste quand ça devient "facile", un choix, une façon de s'y prendre, une amitié, mais pour la peinture évidemment, je suis plus compliquée.

Quand je file sur ma toile, je jubile sur le moment , OK, mais en définitive, quand je regarde ce que j'ai fait, si ça me semble mignon ou joli,  le doute m'empoisonne: j'ai fait "facilement" quelque chose de "joli". Horreur et damnation.

J'ai l'impression très nette d'avoir fourré toute ma dose de masochisme juste là , dans la peinture. 
   D'habitude j'aime plutôt me faire du bien, lire des trucs qui m'intéressent plutôt que les pensums "à lire absolument", manger ce qui me plait, tant mieux si ça colle avec la diététique, sinon tanpis, porter ce qui me plait, enfin ce qui me gène le moins, alors OK c'est pas toujours top, vu qu'un bon treillis et mon incontournable grosse veste de ski acheté en l'an 40 à Grenoble me conviennent tout à fait.
 Si je vais vraiment dans le facile pas d'efforts, je vois de moins en moins de monde, je ne répond pas au téléphone, je me scotche sur internet, bon là d'accord c'est plus très bon.

Mais dès que je suis devant mon chevalet, il faut que ça devienne difficile, il faut que j'en bave, que je jure, que j'empoigne , que je bataille, pour avoir le sentiment d'avoir visé juste, complètement névrosée ma pauvre chérie...
Pourtant hier, comme c'était agréable et doux d'ouvrir franchement la porte à mon obsession: l'habitat, la maison, l'antre, le nid, le cocon..

J'ai tourné autour depuis plusieurs tableaux, décrit sans  nommer, entraperçu, fait deviner, et puis là plaf, je suis en train de tomber dedans .

Je ne sais pas si c'est positif.

IMG-3880.JPG    IMG-3878.JPG

Pour tout dire ça m'inquiète et ça me ravit en même temps, j'ai osé faire un truc dont j'avais sûrement envie.

En même temps je ne crois pas avoir usurpé le droit de faire des petites maisons toutes cons, j'ai tellement travaillé cette sacrée matière, cet espace de la toile, je ne dis pas que la couleur ne demanderait pas autant de recherche, je sais bien.
 Je ne me suis jamais quasiment approché du sujet, je ne m'en suis pas préoccupé jusqu'à présent , c'était vraiment accessoire, anodin, là ça ne l'est plus on dirait. 
Et du coup je crains d'avoir franchi un portail interdit, je me demande dans quelle mesure les réflexes judéo-chrétiens imprimés dans mes gènes ne m'influencent pas: tu choisis le joli chemin facile, ou la petite sente épineuse, attention, fais attention ...etc..etc...

Rédigé par Planeth

Publié dans #De l'art ou du cochon

Commenter cet article

Loïs de Murphy 15/05/2007 22:45

On n'en sort pas mais progressivement on s'en fout :o)

Lilie de la Mirlitantouille 14/05/2007 07:46

la peinture comme exutoire, oui , peut être ton motif premier. Tu peux simplement aussi t'accorder le droit de peindre de jolies choses, peut êtres naïves...a priori. tu peux t'accorder de prendre du plaisir, sans souffrance, "sans mérite"! Presque gratuitement!A juger par ce que tu nous donnes à voir sur cette note, c'est absolument très réussi, et absolument pas qq! J'aime la construction des tableaux, et les couleurs choisies. Sur le net, difficile d'apprécier la matière, mais tu suscite mon envie.J'ai juste envie de te dire: peint comme ça vient, dans la douleur comme dans la facilité...la peine n'ajoute ni ne retire rien à ton talent. C'est le résultat qui est différend. et si vraiment tu ne supporte pas: 3 pater et 2 ave ma fille! ça ira mieux ;-)amitiés, Lilie de la mirlitantouille.ps:le treillis, là où tu es , c'est le costume national, non?Biz

Planeth 14/05/2007 17:36

Si si je supporte, je suis maso! non, en fait, il n'y a pas beaucoup d'endroits où je me sente mieux que devant mon chevalet, donc;...en tous cas merci pour l'envie! et oui ,absolument le treillis est quasiment un drapeau ici ;0) ça et la tête de san,glier en décalcomanie sur le capot de la voiture, mais là on a pas encore cédé à la tentation...

Endive 13/05/2007 21:39

C'est Voltaire qui disait "les grandes choses sont souvent plus faciles qu'on ne pense" et j'aime à croire qu'il n'avait pas complètement tort...

Planeth 13/05/2007 22:02

oui , mais quand même le facile est source d'embûches! hello Endive! ;0)

planeth 13/05/2007 11:18

tu parles d'or Hélène..oui cette hargne et cette obstination sont un plaisir..j'avoue..pour le NetB bonne idée je vais essayer.

Hélène 13/05/2007 10:50

Tu as essayé de prendre tes toiles en photos et de les passer en noir et blanc? ça et regarder dans un miroir, ça aide parfois à voir les facilités ou les trous. Mais, pour compliquer un peu le truc, la difficulté en elle-même est aussi un plaisir... Peut-être que le plus dur est d'accepter son propre narcissisme, ce temps passé à dessiner, peindre, cette obstination qui peut rendre hargneuse (alors que vraiment, hein, non ce n'est pas notre style!) et la nécessité de cette obstination pour notre propre équilibre.