J'ai des doutes

Publié le 4 Octobre 2007

       tetesombre.JPG     
     Je ne sais pas comment on vivait aux temps ou le seigneur du coin battait la campagne avec ses gros chiens, ses gros chevaux, et en martyrisant au passage les blés bien tendres du pauvre serf.. 
Les petites gens doutaient-ils de tout? On peut imaginer que pendant un sacré bout de temps, la religion a servi à boucher les trous de l'insatisfaction générale puisque de toute façon, on serait tellement bien au paradis. Et même, plus on était malheureux et brimé sur terre, meilleure serait la place au soleil de l'eden..
 C'était  bien trouvé, huilé à point comme système pour calmer l'insurrection et le raz-le-bol quotidien. Les puissants, quand à eux, sauvaient leur âme vite fait bien fait en distribuant quelques oboles au sortir de l'église. Pas de perdants.

Quelques siècles plus tard, on ne croit (presque)  plus du tout qu'il faut en baver sur cette terre pour mériter quoique ce soit. 
Mais du coup on a beaucoup moins de motifs de supporter les aléas de la vie. Donc beaucoup de raisons d'en trouver les coupables.
Seulement voilà, maintenant qu'on a compris que l'unique intérêt des gros por(cs)tefeuilles de la planète était de s'emplir un peu plus les poches et d'acquérir un peu plus de pouvoir, tout nous apparait voilé d'un prisme assez désespérant . Car où qu'on aille, l'intérêt financier existe et est parfaitement maitrisé.

Nous voilà, belle génération sans guerre et sans reproche, instruite, informée, moderne, internetisée, mais noyée par le doute.
               Nos yeux décillés par les "affaires" quotidiennes sont comme ceux du personnage d'Orange mécanique, obligés de voir l'imposture à tous les étages, les malversations, les perverses maneuvres , et parfois les  machinations assassines.

            " Je doute de tout, la méfiance est mon quotidien, l'esprit critique remplace l'esprit tout court, le cynisme me soulève la lippe sur une canine acérée. Pub je te hais,  politiciens je vous vomis, institutions je vous suspecte..."
Telle devrait être aujourdhui notre profession de foi.

Je ne crois plus à ce que me dit mon médecin, il est visité lui aussi par les volontés cupides des laboratoires, ils ne veulent pas mon bien, juste mon argent. 

Je ne crois plus à ce qu'on enseigne à mes enfants, les pédagogues sont tirés à hue et à dia entre les fantaisies des gouvernants, et les restrictions budgétaires.
Les discours politiques? des berceuses pour endormir les petits enfants que nous ne sommes plus. 

Notre planète est en danger? 
Qui dit une miette de vérité sur ce sujet? L'enjeu est de telle taille, certains se sont déjà dit depuis longtemps: "y a du fric à se faire là-dedans"

Devant nos yeux parfois horrifiés défilent les pages internet. Info ou intox? Notre esprit se gymnastique, compare, s'aiguise, se laissant pourtant prendre , au bout d'un moment car la vigilance s'use et il est si doux de se reposer sur une vérité. 
Demain on reprendra le sac sur lépaule , on remettra en cause ce qu'on a admis la veille, notre esprit ne connait plus de repos, plus de certitudes.

Chaque geste quotidien est un calcul impossible: achèterai-je ce pain? Mais il est fait de tant d'éléments douteux. Boirai-je cette eau? Que contient-elle en réalité?

La terre, elle-même, n'est plus cet élément immuable et fiable à qui on pouvait confier des graines .  

C'est comme cela que nous éduquons nos enfants, nous leur perfusons le doute à gros bouillons, leur apprenons à se méfier des belles phrases, des belles image, le loup se cache parmi les fleurs, ce qui est beau n'est pas forcément bon. Les grands de ce monde ne veulent pas ton bien, mon enfant.





Rédigé par Planeth

Publié dans #pensées dans le miroir

Commenter cet article

Lilie de la Mirlitantouille 10/10/2007 20:57

Bon, comme Hélène a déjà tout écrit...Néanmoins, en bonne "primaire", je me réjouis de mon quotidien, j'essaie de saisir chacun de ces petits moments de bonheur...peut-être suis-je dans le déni? Mais Malabar-Princesse qui me dit tout de go:" tu trouve pas que c'est le bonheur à la mirlitantouille?", à 6 ans, et bien je me dis que je suis peut-être dans le vrai?Occulter à parfois du bon...

Planeth 12/10/2007 09:10

Tout est possible, tout est faisable, moi j'aime gratouiller, couper les cheveux en quatre, tu vois le genre!  insupportable!! ;0))

planeth 08/10/2007 10:15

Et puis on peut dire que t'es en plein dedans, et ton recul n'est pas forcément très confortable à vivre...Et si tu avais presque toutes les cartes en main: ton essentiel, ce que tu rejettes, et ton idéal?...Mon scepticisme englobe tout ce que tu dis, mais notre vie à nous, notre âme à nous, on a encore quelque chose à en faire. On a à montrer ce qu'on rejette à nos loulous, et on  a à leur montrer ce qui nous est vital. Ouh la je suis confuse ce matin, en plein grand écart entre l'esprit et les choses très matérielles de la vie, société de consom etc..: ordi en panne et machne à laver idem, j'ai la tête dedans là, quasi! ;0)

LECHALOTE 07/10/2007 22:48

On est en phase...je pourrais en dire long, je vais en dire un peu plus sur une scène qui me revient de nos vacances...La soeur de voisine était avec nous à table, et on parlait un peu de tout ça. J'ai émis l'idée mal formulé certes, que je ne trouve pas la vie si passionnante que ça. J'ai confondu avec le monde dans lequel on vit, avec la vie qu'on doit mener, avec celle que je mène en tous cas, mais il nous imprègne, nous formate, ce monde là, ce monde d'illusions, d'intérêts, gouverné par des crétins à vue bassse et aux idées courtes comme dirait Despentes. Elle est sortie de ses gond, en hurlant, je comprends, elle a 20 ans, mais surtout, une soeur qui a voulu mourrir, et moi, une mère qui n'avais pas très envie envie de vivre,  et dans cette hisoire, j'étais la vieille conne...mais comment trouver tout ça TRES intéressant  si on regarde plus haut, et surtout, comment s'en extraire pour rester "en vie" tout en faisant semblant de jouer parce qu'on a pas le choix, ou qu'on croit ne pas l'avoir ?...

mirza 07/10/2007 09:39

Aaaaah, si seulement c'était aussi simple... (est-ce que les jeunes doutent de la qualité, ou même de l'intérêt d'acheter telle marque de fringues, de regarder telle émission télé ou alors d'aller manger dans le fast-food ? ;-)

Planeth 07/10/2007 18:51

j'espère juste ne pas leur transmettre que mon scepticisme. Pour le reste, c'est de leur âge, même si je vois qu'ils commencent à être assez critiques face à la télévision. ( et ne courent plus trop après les marques! chic pour mon porte-monnaie)

mab 05/10/2007 19:10

plus ca va et plus je doute et parfois je fais preuve d'un mauvais esprit qui me fais douter de moi-même.

Planeth 05/10/2007 22:01

mmmm,tu serais donc également un élément douteux.?  dans quel monde vivons nous!!