Une nouvelle voie?

Publié le 21 Octobre 2007

          Ces jours-ci mes idées tourbillonnent comme les feuilles du poirier, aussi jaunes, aussi pointues, (il y a sûrement des petites sorcières à chapeau sur leurs dos),

anna-lise.jpg

           L'illustration, je tourne autour depuis tellement de temps, je rôde autour, je la flaire, je la titille du bout du crayon, elle ne veut pas venir à moi. 
Ce que je faisais sur papier était plat, sans saveur, sans odeur. Je laissais ce gros gâteau sur le côté, juste dans le coin de mon regard, ce n'était pas pour moi, certainement. 

village.jpg
          Il y a quelques années, j'avais fait la même chose avec la peinture à l'huile, elle était devenue une chose terrible, magnifique et absolument inaccessible, je m'étais enfermée dans un petit modèle de griffonneuse artisanale, pas trop d'horizon dans ces eaux là.
          Puis faire des portraits figés comme des pots de mayonnaise m'a tellement fatiguée, tellement rendue nauséeuse que j'ai lâché l'affaire, idem pour les petits croquis séchés vendus à quelques ouvrages spécialisés, un grand baillement m'en a saisi. Ce n'était pas mon histoire.
chambre.jpg
Grâce à queques encouragements avisés, je me suis remise à la peinture, reine de mon coeur, et après en avoir bavé des méchantes toiles narcissiques et obscures, un doux petit courant joyeux a enfin réussi à émerger . 
 J'en suis là, depuis même pas quelques mois. 
Oui c'est long de se trouver soi, parcequ'on est juste là , et c'est si encombrant qu'on cherche toujours ailleurs.
neige.jpg
        Or donc et par là même, la tentation de l'illustration est revenue toquer à la fenêtre de mes petites maisons bancales, sous la forme de remarques une fois de plus  avisées et amicales.(Merci aux zyeuteurs attentifs) 

M'autoriser cette chose là, c'est enfin ouvrir la porte de mes maisons, en laisser sortir les personnages et laisser mes mots filer au dessus d'eux, en serai-je capable?
L'air à cet endroit est piquant et glacé comme quand on a gravi une forte pente  en montagne. 
 La tête nous tourne un peu et on a pas encore eu le temps de regarder autour. 
On entend juste le sang qui tape dans les dents. 

J'en suis là.

Rédigé par Planeth

Publié dans #De l'art ou du cochon

Commenter cet article

caroline_8 31/10/2007 09:32

Bonjour Aneth, je te lis depuis plusieurs mois en silence mais régulièrement et suis ton cheminement d'artiste. Ton thème sur les maisons mest proche car "Fenêtres sur la cour" est une maison. Je voulais publier la semaine prochaine, un de mes petits textes de 1977 intitulé "la maison rose" et j'aurai aimé y joindre ce tableau:http://accel12.mettre-put-idata.over-blog.com/0/55/61/19/IMG-3878.JPGM'autorises tu à le faire, avec bien sûr le lien vers "Sur ma planeth"En attendant de faire comme toi, reprendre mes pastels à huile, je fais de la création avec des mots et des images. Je te remercie de me faire un petit coucou à mes fenêtres et te souhaites une belle journée.

Planeth 01/11/2007 07:25

Hello Caroline... bienvenue, oui bien-sûr, tu peux l'utiliser! Là je file mais dès que je reviens je vais voir ton blog! ;0))

Lois de Murphy 25/10/2007 09:59

T'as raison, j'abuse ! T'as un e-mail au fait... :o)

Planeth 25/10/2007 11:08

j'a vu! ;0))

Lois de Murphy 22/10/2007 23:59

Je suis raide dingue de "la chambre" ! 

Planeth 23/10/2007 08:15

encore sur l'ordi  à cette heure ci,? au lit!  ;0)

pythie 22/10/2007 20:30

franchement, c'est fascinant ce qui se passe dans la tête des artistes ... !!

Planeth 23/10/2007 08:15

euh,... pas toujours, je t'assure! ;0))

Hélène 22/10/2007 20:07

Je trouve que dans tes toiles, depuis quelque temps, il y a quelque chose qui est de l'ordre pas tant du déséquilibre que du point de suspension, une invitation à passer de l'autre côté, une porte ouverte sur ton imaginaire... Comme des images sans sous-titrages, on a envie de les voir s'animer, de savoir le avant et le après, ou de les imaginer. C'est peut-être ça qui fait une illustration qui fonctionne? Elles sont déjà des supports d'histoires, j'ai l'impression d'entendre une voix derrière qui murmure, qui chantonne, qui s'autorise un retour à l'enfance qui est tout sauf naïveté.Maintenant... illustrer quoi? Qui? Faut-il être orgueilleux ou modeste pour se plier à cette discipline? Et si tu commençais par nous raconter les histoires que tu t'es racontées à toi même en peignant, comme tu sais si bien le faire?

Planeth 23/10/2007 08:18

pour l'instant c'est pas simple! il faut que j'accorde mon violon! les choses que je me raconte n'ont rien à voir, et sont même parfois franchement décousues, va falloir enfiler une aiguillée pour mettre tout ça en place!