La maison aux esprits

Publié le 25 Janvier 2008

Départ de mon Dou':  J+2...
Deux jours donc qu'il est parti là-bas loin. En éclaireur pour ainsi dire.

   Depuis j'habite la maisons aux esprits.
Non rien  voir avec le beau film que j'ai vu l'autre jour, avec Meryl Streep et surtout Jérémy Irons qui, entre parenthèse m'a fait furieusement penser à mon frère M., cela pour appuyer le fait  que mes frères sont particulièrement beaux.

    Non , rien à voir donc avec le Chili. 

   Depuis que Dou' est parti, les choses me testent, avec leurs petits yeux malveillants, elles me lorgnent et paf! se mettent à ne plus fonctionner correctement. Je les ai à l'oeil, mais j'ai aussi une brusquerie naturelle qui les effraie énormément, surtout en ce moment. 

    Hier j'avais des vélléités de nettoyage. Armée de mes seaux et éponges variées, j'ai entrepris de rendre la cuisine un peu moins dégueu. Dont la cuisinière...électrique.
    Une des plaques qui était tombée au champ d'honneur après que j'en ai violenté le bouton, s'est remise à marcher toute seule. 
Je l'entendais presque ricaner. 
Donc la petite merdeuse, elle s'allumait, puis s'éteignait sans que j'y puisse rien. Ces espèces de plaques halogènes, là, que ça ne sait même pas faire cuire un morceau de barbaque correctement, je les hais. Et  l'autre elle se la jouait starlette lumineuse intermittente. 
    Forcément le bouton que j'avais si férocement empoigné un jour faisait un peu tirlipounette dans le vide, donc pas moyen de moyenner, voyez.

    De fil en aiguille, par les voies impénétrables de la sorcière électricité, le stade "j'enlève le fusible quand je n'utilise pas la cuisinière, je le remets etc.."  n'a marché qu'un temps. Ensuite elle n'a plus voulu et s'est vengé en faisant sauter le compteur.
Plus de cuisinière du tout. 
Cuisinons au micro-onde, morbleu, me suis-je dit.
Même pas peur. 
    Mais la belle ne s'en tint pas là. Même le fusible enlevé elle s'amusa à me faire peur en faisant tout de même sauter ce brave compteur. De temps en temps, juste pour me rendre le coeur battant: Et si je ne peux plus du tout remettre le comteur...On va attendre un réparateur magique et vivre dans le noir et le froid complet? 
Vive les maisons tout électrique.

   Le compteur voulu bien nous permettre une soirée à peu près stable. Mais pendant la nuit, un rien total me fit me réveiller en sursaut, il avait ressauté, le saligaud. La maison était glacée et noire de tout partout. 
   Prenant mon courage à deux mains et ma lampe torche entre les dents, j'entrepris de débrancher les fils, en pleine nuit. Et enfin victorieuse, ayant terrassé l'infâme, je remis le compteur.
 Trop forte!

     J'ai la trouille de l'électricité, affreusement, même remettre une simple plaque de protection me fait trembler d'horreur. Pourquoi moi.

    Au matin, la machine à laver qui bien sûr n'avait pu laver pendant la nuit fut remise en marche par mes blanches mains, programme rapide, 30 minutes...normalement. 
Au bout d'une heure , j'allais la voir. Elle tournait toujours...Avec de douloureux grincements de souffrance.
Elle aussi .
    Je la stoppai donc en plein effort, lui parlai abondamment et gentiment, la remis en route pour un ultime essai d'essorage.

Elle finit d'essorer en se lamentant de plus belle.

Le lave-linge va-t-il lui aussi me clamser entre les mains??

    Le réparateur magique arriva enfin  pour me débrancher la plaque maudite, et questionné sur le pourquoi des gémissements de ma laveuse pro, me regarda d'un air finaud:
-Vos n'avez pas tendance à la remplir un peu trop votre machine?

-Ben euh, mounonnnn, 'fin... Petit rire gêné.

-Ben ça doit être ça, vous savez ces machines qu'on remplit par le haut, on a tendance à bien tasser...Elles en meurent.


    J'en suis z'encore tremblante. Voudra-t-elle bien laver mon petit linge encore quelques fois? Va-t-elle réussir à me pardonner?

    Bien évidemment, je n'ai pas cité un de mes magnifiques radiateurs électriques qui ne thermostate plus. On l'allume...il ne s'éteint plus. Il chauffe, et il chauffe, et il chauffe. Autant vous dire que je veille sur lui absolument beaucoup. Je joue le rôle de la sonde thermostatique. Pas pratique..

    Ne persiflons pas sur internet et le téléphone qui hier justement quand je choppai mon clavier à la recherche du réparateur magique, ne fonctionnnaient plus. Tiens comme c'est étrange, justement des gens travaillent sur la ligne spécialement aujourd'hui. 

    En fait mon thermostat à moi, c'est mon Dou'. Il n'est plus là, alors je ne modère plus mes élans . Je ne m'appelle pas tempérance, c'est mon souci. Les objets entre mes mains n'ont pas le choix, ils marchent ou ils crèvent, je n'ai pas une âme d'infirmière. 

Ils se vengent là.

    Bon la maison est enfin propre, malgré tout. Viendez, visiteurs peut-être futurs acheteurs de mon home, s'rez pas décus.

Pff, suis fatiguée moi, je vais peut-être m'endormir avant qu'ils n'arrivent.

Rédigé par Planeth

Publié dans #L'enfer c'est moi...

Commenter cet article

Loïs de Murphy 28/01/2008 18:48

Morte de rire ! On a vraiment des points communs !

Planeth 28/01/2008 19:25

Cool, faudra vérifier ça! ;0)

papa de Lili 27/01/2008 21:58

Objets inanimés que vous êtes infâmes!Brisant nos âmes en paraissant nous aider!...La méchanceté latente des choses... Horrible n'est-il pas?Bon repos! Amitiés.

Planeth 28/01/2008 17:52

Dit comme ça, ça fait tout de suite plus sérieux! ;0)))

mab 27/01/2008 12:50

tu me fais rire mais en même temps je compatis. sais-tu que les frites à la poele sur une bonne braise c'est un pur délice, ma grand-mère les faisait ainsi avec des sarments de vignes. de plus on est au chaud pendant 30 minutes car il faut les tourner sans arrêt. raga Si ta télé marche il te reste barnaby.

Planeth 27/01/2008 18:52

Pfiou, tu verras quand j'aurai mon poële  AVEC plaque de cuisson!! la cocote en fonte qui bloubloutera gentiment, un pur bonheur, je m'en régale d'avance.Oui on a fait la cuisine dans la cheminée, l'hiver où "ils" n'arrêtaient pas de nous couper le courant, "eux", mais les frites aux sarments, ça j'ai jamais gouté!!Barnaby c'était un de mes chéris aussi, mais je ne regarde plus, ma télé dort , l'après-midi.

pythie 27/01/2008 10:50

c'est bien la maison aux esprits malins, les plus difficiles à maîtriser  !  il faut faire voler la salière, comme dans le livre 'la maison aux esprits', pour les amadouer ... si tu veux tu peux venir faire une initiation à la maison !

Planeth 27/01/2008 18:48

vi, je veux bien, t'habites à bastia?.....hu hu hu....sinon du sel j'en ai mis si si!! dans des petits pots en verre, aux deux extrémités de la maison, c'est feng shui parait...

Sév 26/01/2008 17:58

Soirée bonne.                                

Planeth 27/01/2008 18:46

;0)