Philosophie de cabanes

Publié le 12 Juin 2008

Et voilà, en cours de construction,  la "Pip'inzegarden" ( autrement dit des toilettes sèches!)
Elle est opérationnelle depuis hier, j'ai même fait un petit chemin d'accès pour pas qu'on se mouille les pieds. Mimi second poussait des exclamations de bonheur dans cet endroit magique lorsqu'il l'a essayé! Dès qu'un rayon de soleil se pointe je prends une tite photo.


Je suis une amoureuse des maisons, mais plus encore des cabanes.
 J'en ai fait/eu  tant.
 Premier amour : celle en carton toute cassée, où je me pelotonne en robe de chambre et chemise en pilou sur une vieille photo:
Puis les cabanes en chambre, sous l'abattant du secrétaire, ou sous ma table, avec une couverture, l'entrée faite avec la petite chaise... N'être plus vue, entendre les bruits de la maison, le souffle, la lumière passe en douceur à travers la laine tissée..

Ensuite, le cerisier du jardin, juste un abri, un perchoir, rien de plus... puis la cabane partagée avec mon frère, dans la haie, puis les abris secrets derrière les cyprès, contre le mur..

Ensuite Gardes, les buis, ah l'odeur des buis, les cabanes inconfortables dans la forêt de buis en pente raide, les glissades jusqu'en bas sur des cartons. La cabane magnifique de mes frères, suspendue au dessus du vide( et je n'avais pas le droit d'y aller)..
La nuit où ils ont monté un matelas dans un chêne immense, en cachette, et mes parents devant  ça , le matin, epoustouflés, ahuris, terrifiés, admiratifs. L'engueulade monumentale...

La cabane à la ferme d'en dessous:  une vieille maisonnette, un peu en ruine, juste assez, une vraie maison pour nous, moi et le petit fils de la maison, le vieux camion citroên pourri planté dans un bout de pré, et nos balades fictives à son volant.

Le Manoir: je vais jouer avec le fils du fermier voisin, je n'ai pas le droit du tout, c'est même absolument interdit, papa est faché avec lui. On a construit un plancher dans un arbre au dessus d'un fossé, on a vue sur la ferme , c'est idéal.
  Je tombe, mon pied droit atterrit sur une planche cloutée, ma plante s'enfonce sur le vieux clou rouillé.

Je resterai au lit pendant quelques jours, je ne sais plus, mon pied a gonflé, mon grand-père (ancien médecin),est venu voir ça, il fait ploum ploum avec sa bouche, pour lui c'est pas grand chose... Lui ce sont les vers qui l'ont sauvé en nettoyant sa blessure lorsqu' son avion a été abattu, en 14, côté allemand.

La cabane dans le petit jardin: elle est faite avec une des caisses du déménagement, quand on est revenu de Nouméa.
 Elle est parfaite: elle m'ennuie, mais comment le dire... j'y joue. Mon grand-père m'y emmène en motoculteur, on y mange des pèches au vin, c'est interdit, pour les enfants, le vin..c'est bon.

J'ai dû faire la dernière vers mes 15 ans: une en herbes sèches, un cocon, un tunnel. Mais depuis ça me manquait.

Une cabane, elle est intéressante quand elle est vraiment imparfaite; souvenez vous, le meilleur moment, c'est quand on trouve de quoi faire le toit. Si les murs montent à leur tour, et avec trop de perfection, l'ennui tombe, même rester assis à l'intérieur est saumâtre.
 Dans un arbre, c'est de réussir à faire tenir un plancher qui est le comble du bonheur, le toit, les murs, là, c'est vraiment en trop, le feuillage suffit bien.

Quand on bâtit une maisonnette, se méfier de l'envie de trop bien faire: poncer les planches, vérifier le parrallélisme, bénir les angles droits, on finit par s'en aller,  la tête pleine de nuages..
C'est difficile de s'arrêter, culturellement on est dressé à faire au mieux... Laisser les planches rugueuses, un peu inégales; la tôle vieille a plus de goùt que la neuve, le sol est branlant, qu'importe, il y a du jour qui passe à travers les planches, bonheur..  Le perfectionniste, heureux d'ajuster au point menu une délicate petite fenêtre, s'enferme à nouveau dans un habitat lisse, isolant, insipide, malgré le bonheur d'avoir réussi à vaincre le sauvage.. quelle amertume...

Il ne faut pas vaincre le sauvage, il faut se laisser bercer par lui, c'est bien meilleur....


Edit du 12 à 18h:

La "Pipin'zegarden" terminée!

Rédigé par Planeth

Publié dans #pensées dans le miroir

Commenter cet article

eryn 02/07/2008 09:47

Ah que de suvenirs qui font écho comme d'hab' ! Joulie cabane !!! j'adore la photo en edit :-) là de suite chez moi fenêtre ouverte sur le ptit jardin : un chantier en cours... quelques parpaings mal alignés qui attendent les planches en train de sécher (Bo-dex) pour monter l'abri à outils. Pas droit du tout c't'affaire ! Bon, on s'voit un de ces jours ? j'reprends vie doucettement... A +++

Planeth 08/07/2008 12:08


Ben quand tu veux!


Loïs de Murphy 25/06/2008 12:35

T'es restée bloquée sur tes cagoinces bio ou quoi ?

Planeth 25/06/2008 12:47


gna gna, hé, j'y ai fait une belle porte à mes wc-ciboulette! t'as qu'à venir les essayer! ;0)


Papa de Lili 20/06/2008 18:36

C'est très chouette les cabanes! Quand j'étais pitchounet comme on dit chez nous, mes cabanes c'étaient les "bories" en pierres séches que les plus jeunes des bergers des montagne d'Aubagne m'apprenaient à construire! On s'y cachait des grands... et parfois un mouton où une chèvre venait nous y rejoindre... Frais l'été, chauds l'hiver avec le parfum du thym et et du "pébre d'âne"... Merci de m'avoir remis tous ces souvenirs en mémoire!Amitiés.

Planeth 25/06/2008 12:46


C'est drôle comme les cabanes c'est un gros bout dans notre boite à souvenirs...


Hélène 16/06/2008 11:54

Whouaaaahhhh, il y a même le petit chemin et gravillonné tout autant que sinueux ! Des WC-cabane, ou l'exotisme au fond du jardin...

Planeth 16/06/2008 12:10


Elle a un p'tit nom maintenant, preuve de sa définitive intégration dans le quotidien: la pipi'z!
Et une porte depuis ce matin, j'y prends une photo dès que , euhhh..... soleil? ;0)


Maky 14/06/2008 01:26

Il est vrai...que de bons souvenirs !Avec mon meilleur copain, on s'était fabriqué une cabane dans le prolongement du poulailler où il y avait un vieux poêle...On se faisait cuire de pommes de terre lorsque la nuit tombait...que du plaisir.Amitié

Planeth 16/06/2008 12:11


Arf , avec un poele, évidemment ça change tout, je rêve auss d'une cabane avec poele, j'y réfléchis en ce moment! Amitiés également!