Une poule sur un mur..

Publié le 30 Septembre 2008

 

 

 

      

 

 

 

           Je me sens tenue de venir au secours de mon blog .

 Je le sens désemparé, perdu, un peu à l'abandon, et ce ne serait pas juste que parce que de mon côté, je me sens pleine comme un marron d'Inde, je le laisse lui voguer entre deux eaux .
      En ce moment je ne suis pas loin de me sentir parfaite,
je le dit sans forfanterie aucune, bien-sûr.
        J'arrive à battre Dou (quelque fois) au ping-pong, (yes!), je me suis inscrite au cours de chant, (re-yes!), je cours, je médite, je qi-gong, je mange correk, je mincis,..

        Seule ombre au tableau, je me fais consciencieusement dévorer par les puces.
 
  C'est la faute de Chaussette: cette petite bébé râleuse voluptueusement installée sur notre couette dans son petit mantel de vair gris (ben non c'est pas du vair puisque c'est du chat (tais toi !)), avec ses petits chaussons blancs enfilés à moitié. Son regard souligné au khôl, son damier blanc et gris sur le menton, ses petits miaulements qui ressemblent à des cris de bébé.
       Mais l'asperger pour ça de KKbeurk monstrueusement chimique super dangerous?
Trop petite!
 Prendre son mal en patience.

         Trop de parfaititude de toutes façons serait ennuyeux.

 Je suis troublée que l'humain veuille reprendre sa place avec tant d'insistance dans mes tableaux.. Parfois c'est niet, pas l'ombre d'un pied ne s'immisce, mais là, un format impossible depuis plusieurs jours voire semaines cède enfin sur une silhouette.
Je ne décide de rien.

         C'est peu de dire que je suis morte de trouille: "Représenter" est pour moi comme une drogue dure que je tiens à distance avec mes petits bras velus.
J'ai été droguée de ça jusqu'à l'écœurement, et contempler le désastre sur mes toiles, de mes chimères merveilleuse qui devenaient de sombres ramassis convenus dès qu'elles s'étaient posées.. J'en ai encore le frisson.

        Ça me rappelle les symphonies que je composais sous mon drap, en attendant que la maisonnée se réveille, là-bas, à la Passagère. J'avais 8 ou 10 ans. Il y avait tout, les cordes, les cuivres, de formidables rugissements de percussions.
          Il y a certaines choses qui doivent rester fuligineuses.

J'adore ce terme: Fuligineuses.

    J'ai récemment décoré ma petite auto de motifs fuligineux. Pour moi cela signifie comme des filaments de brouillard, en fait c'est pour décrire ce qui est produit par la suie, bon c'est moins poétique.. Mais maintenant au moins, je la reconnais dans les parkings.

         Tout ça pour dire que je m'attends toujours au pire quand quelque chose de signifiant apparait sur mes toiles. Le serpent Kâ.. Je me laisse embobiner par le plaisir vénéneux d'esquisser un visage.
Comme c'est douloureux et émotionnant..

Et si c'est tellement flou qu'on peut passer à côté? Et si c'est tellement gratté qu'on peut s'imaginer que je ne l'ai pas fait exprès?
       C'est de ma faute aussi, je ré-écoute de la musique en peignant, et forcément c'est très illustrant. Quel est le mot déjà qui me fait frémir? 
Evocateur, voilà, c'est évocateur…
Brrrr, on peut s'imaginer le pire.
Je suis impossiblement romantique : dès qu'un motif musical me chope le gras du cerveau, quelque chose de mou, de mièvre, de tremblotant m'envahit. 

Si j'ajoutais à cela quelques motifs équestres, vous voyez d'ici le tableau, à vomir..

La tentation du joli.

Brefle j'en suis là de mes explorations peinturluresques, il faut que j'en prenne en photo pour illustrer mon propos, mais vous voyez dans quelle panade je suis, même si par ailleurs je suis parfaite..


 

Rédigé par Planeth

Publié dans #De l'art ou du cochon

Commenter cet article

madame de K 12/10/2008 11:02

Ben moi je la kiffe grave ta panade ! (mais je suis trop figurative, ça c'est vrai ! ;-)(les aoûtats ! mon dieu quelle horreur ! ! ! des boutons sous les élastiques des sous-vêtements qui démangent frénétiquement pendant plusieurs jours ! t'as bien fait de pas empoisonner chatounette !)

Planeth 13/10/2008 13:44


Ben comment ça trop figurative? t'es comme tu veux d'abord! pi merci pour la bonne panade ;0)

A propos d'Aoutat, j'étais en train de peindre les volets là tudsuite et même sans le chien ils me sautent direct sur le rab ces enfoirés; une invasion, depuis l'herbe, c'est dingue!


Maky 06/10/2008 14:52

C'est clair, cette jeune enfant que je vois les mains jointes, l'oeil interrogateur, belle au demeurant...a des puces...;-)Pardon , je ne recommencerai pas !

Planeth 08/10/2008 08:48


Ben finalement c'est des aoutats ces merdouilles, en plus c'est invisible, arrrrghhhhh!


Loïs de Murphy 05/10/2008 14:22

Ah merde ! Ah j'adore c'est magnifique !

Planeth 08/10/2008 08:48


Ah merde, merci! (dis-donc t'es pas sensée être une littéraire toi? ;0), comment kekause!)


Ultimo 03/10/2008 15:03

Pour les puces ...peut-être des cartons quelque part qui leur permettent de vivre en toute tranquilité ? Très fréquent lors des déménagements à montréal !!!En tout cas ...de très belles Toiles !  Merci !U.

Planeth 04/10/2008 10:22


Un visiteur de montréal, pinaise, tiens mon chéri l'est là-bas pour la semaine!
alors possib' pour les cartons vu qu'on a emmnagé y a pas longtemps il en reste quelques-uns..
Le pire c'est de ne pas voir l'ennemi et de se retrouver avec 4- 5 boutons au détour d'une chemise! grrrr

merci pour le compliment! ;0)


mab 01/10/2008 08:10

La beauté de ce visage me ferait presque oublier de te dire que les puces des animaux viennent rarement sur nous, la cause est peut-être ailleurs, parquets, plinthes, moquette. J'ai été envahie une fois, en entrant dans une chambre j'ai eu les jambes noires de puces en 3 secondes.

Planeth 01/10/2008 11:31


Oui je connais les puces de parquet, mais on a que du carrelage, pas de tapîs, et comme par hasard ça correspond à l'arrivée de miss troupinette chez nous! hum hum, inspecteur Barnaby? une idée?