Rencontre..

Publié le 1 Novembre 2008


            Si j'avais des idées bizarres (et je les ai), je dirais que à partir d'un moment donné, là-bas en Corse, tout s'est joué au millimètre près afin de m'amener là où je suis aujourd'hui. Au lieu de ma colonne d'air, c'est ma colonne de vie qui s'est redressée et le flux d'énergie y passe enfin sans contraintes.
Donc, comme une évidence, je suis partie à la rencontre de mon frère lama, à Dhagpo Kagyuling.
Jusque là, et bien qu'il y soit plongé depuis 1987, je n'avais vécu le bouddhisme que comme une sorte d'osmose  adoucie, lointaine, un frôlement, une conversation, sans me sentir concernée et bien-sûr pleine d'idées fausses.

Je n'avais rien en tête en partant là-bas, aucune idée, aucune attente, juste peut-être le plaisir anticipé de la rencontre avec mon frère.
Aucune idée de "prendre refuge", c'est à dire devenir bouddhiste moi-même...

Toujours pas aujourd'hui, je n'ai pas basculé en quatre jours....quoique....

            La légèreté ressentie là-bas vient de ce qu'exceptionnellement par rapport au monde que je connais, il n'y a à aucun moment de jugement de valeur, les choses ne sont pas bien ou mal, elles te font souffrir ou non, à toi de juger ce qui t'est nécessaire pour faire cesser cette souffrance.
On peut reconnaître alors que notre kharma (que l'on perçoit en général comme une fatalité) est cette culpabilité par exemple qui nous poursuit  comme une vieille histoire corse, et dont on ne connait pas l'origine, et se dire, je vais la rendre si légère si inconsistante, quelle disparaitra comme un fantôme, ou cette colère, ou ces peurs, ou ces addictions.
Car le bouddhisme c'est aussi ça: comprendre que ce que l'on porte comme un fardeau sur nos épaules n'est pas notre destinée immuable jusqu'à la fin des temps mais une sorte d'erreur de perception que l'on peut travailler à dissoudre.

J'ai découvert aussi que loin d'être cet état sans émotion qui m'effrayait et me rendait incrédule, l'éveil vers lequel on tend est un océan émotionnel, simplement il n'a rien à voir avec notre égo et notre vision à court terme mais a une dimension universelle.

Bref tout ça m'a troublé. J'ai passé quatre jours en apesanteur, sourire aux lèvres.
 Dordjé Puntso est un pédagogue bousculant et limpide, drôle, fin, distancié et sans aucune emphase.  Ce qu'il expliquait était clair, ouvert , même si parfois difficilement accessible en pratique à nos esprits balbutiants.
Enfin, il a parlé de nos esprits "oublieux" et j'ai donc emporté avec moi un mâlâ pour me souvenir de Chenrézi et de son sourire bienveillant....

Le temple

Lama Dordjé Puntso

Rédigé par Planeth

Publié dans #Expériences...

Commenter cet article

planeth 04/11/2008 08:53

@ladypainter: Ose! ose!  Tu verras, il semble que les styles de lieux soient vraiment très différents, tu sentiras tout de suite si tu es dans un endroit qui te conviens ou pas. Dhagpo surprend par son manque de temple démonstratif, c'est très discret, le lieu est magnifique, l'ambiance assez décontractée ce qui me va très bien. Il n'est pas question là de se regarder marcher , manger en silence etc... etc.. comme dans d'autres lieux!Bises itou! ;0)

Planeth 04/11/2008 08:59


Je pense par exemple à Thich Nhat Hanh ,http://www.villagedespruniers.net/?langue=francais


Lady Painter 03/11/2008 18:31

Merci ! Ce texte me donne l'envie d'oser, un jour, m'inscrire pour ce genre de rencontre. Depuis des années, je lis des livres sur le Bouddhisme, je peins des moines thibétains... mais jamais je n'ai osé me lancer "vraiment", par peur du côté "secte", sans doutes, et aussi du regard de ma famille et de mes proches, je l'avoue. Alors, merci du fond du coeur !Et... remords ou regrets ? Je suis incapabe de dire ce que je répondrais. Regrets, bien entendu, premier réflexe ! Parce que "ne pas avoir fait de mal" y est sous-entendu. Mais alors, regrets ? Promis, je vais y penser sérieusement.Bises (sij'ose !)

planeth 03/11/2008 11:19

Oh mais c'est pas grave ça, chacun va où il veut et à son rythme, ceux qui s'arrêteront au développement personnel, très bien, ça ne nous enlève rien, je ne sais pas du tout moi, où je veux en venir non plus!

mab 02/11/2008 09:07

C'est la grande tentation du moment pour beaucoup, mais il y a le côté "tendance bobo" qui risque de tout gâcher et d'éloigner les plus tenté par de vrais raisons.