La faille...

Publié le 8 Janvier 2009

       


      Il y a toujours un temps pour les choses, quelques cailloux se déposent et on sait qu'il faut les ramasser..

J'ai mis la photo de mon papa dans un billet précédent, puis une conversation tout à l'heure m'a ramené vers lui, enfin en pensée.. et un chagrin comme une rosse méchante s'est rué sur moi, alors je vais lâcher un peu de lest..

Depuis 1995, la Bretagne n'est plus la terre de ma famille, mais une terre pour les fantômes, la tristesse sous jacente qu'on sent dans ses tourbières, dans ses granits , dans ses forêts m'a claquée à la gueule, un jour d'Avril, le jour où j'ai trouvé mon père mort, sous son tracteur renversé. (Il mourait au même âge et au même mois que son oncle comme il l'avait toujours dit, et c'était pourtant un accident.)

Pourtant je pourrais dire que les trois jours qui ont suivi, à trier ses affaires, ses paperasses emmêlées, seule dans la grande maison, ont été les jours où sa présence a été la plus tangible et la plus bienveillante qu'il soit possible. Je le savais là, à côté de moi, enfin souriant et paisible.

Mais il m'en manquera toujours un morceau, de ce taiseux , toutes les phrases qu'on a pas dites, les réponses qu'il ne m'a pas données, sa vie d'ailleurs , les autres histoires que notre histoire.







Rédigé par Planeth

Publié dans #Boîte à souvenirs

Commenter cet article

mab 09/01/2009 06:45

Le mien aussi était un taiseux mais tellement présent encore tous les jours depuis bientôt 6 ans. il était aussi beau que le tien...

Planeth 11/01/2009 11:46


;0)


Hélène 08/01/2009 21:28

Ton post s'arrête brutalement, à l'image de cette mort brutale, et c'est ce silence qui suit les paroles qui ne disent pas tout qui m'émeut le plus tant il frôle doucement les formes de l'indicible.

Planeth 11/01/2009 11:46


le silence, c'est achement bruyant...


Lyjazz 08/01/2009 19:29

Oui, c'est important d'écouter ça.Ces instants de complicité, dans l'urgence ou par-delà la mort. Et tout aussi important de dire que l'on aime.Difficile quand même de tout dire, de savoir quoi dire, de connaître toute l'Histoire de nos parents. Il était beau. Et il portait la même canadienne que feu mon beau-père, mort lui aussi d'accident en 1995.

Planeth 11/01/2009 11:45



;0)