Paix et harmonie..

Publié le 14 Janvier 2009


Est-ce que je vous ai déjà parlé de Tchenrézi?

Tchenrézi est une divinité merveilleuse, rien que de penser à elle, le sourire vient aux lèvres.
Elle est compassion et bienveillance, ses multiples bras et têtes (elle en a parfois bien plus que sur cette image) sont là pour venir en aide à tous ceux qui luttent et souffrent.

Et heureusement qu'elle est là !

 Vu le caractère de cochon que j'ai quelque fois, il me fallait bien ce top niveau de la compassion pour remettre mes poils à l'endroit.

Méditer en sa compagnie, c'est entrer dans un univers où on a l'impression d'être une  lanterne vibrillonnante.

Je m'assied sagement, en demi-lotus , je pose mon mala devant moi, mes paupières s'abaissent, il ne reste plus qu'un filet de lumière. J'étire le haut de mon crâne vers le ciel, le reste se cale, bien posé. Ma respiration elle aussi se pose.
 Je me promène d'abord un peu à l'intérieur,  et puis bientôt c'est comme si je plongeais dans la mer, mes inspirations happent tout le froid, le sordide, le gris, le mauvais de la terre et je suis comprise dedans, et mes expirations sont  comme la projection de milliards de grains  de lumière  vers l'extérieur. 
 J'ai l'impression qu'au seuil de ma peau l'air est électrique,  cet échange est si magnétique que mes idées ne cherchent plus à s'envoler ailleurs.

Au début je prenais des objets très concrets sur lesquels verser cette bienveillance : ma famille, mes enfants, bien-sûr ça aide .
Puis ça devient bizarre de mettre ainsi des limites: ceux là, mais pas les autres?

    Alors on agrandit le cercle, et on se sent pousser des ailes, inonder l'espace de lumière, de bonnes ondes, c'est une sensation absolument extraordinaire.
J'aime ce moment, je ne cherche pas à savoir si je fais "comme il faut" et d'ailleurs y a -t-il des recettes?  Cela m'apporte ce que je cherche, l'apaisement, le sourire intérieur et un peu plus de distance vis à vis des pets de mouches du quotidien.

Oh je sais bien, il suffira peut-être d'un rien , tout à l'heure, pour que mes poils se rebiquent de nouveau,  et que j'arrête d'être une musique douce pour  un coup de hard rock, mais ça ne fait rien, je ne fais pas un concours, je n'obéis à rien, et ce petit sentier que je me prends chaque jour, j'y tiens. 




edit de 18h30: purée, cette heure là c'est vraiment la mienne , c'est marrant en Corse, c'était bien une heure plus tôt!  la machine à peinturer! elle est là, dedans,  elle bout,  j'ycours!

Rédigé par Planeth

Publié dans #L'enfer c'est moi...

Commenter cet article

mab 15/01/2009 07:26

J'ai bien envie d'essayer....

Planeth 16/01/2009 08:34


Oui ! et puis tu sais, on rit plus facilement aussi, je ne peux pas te dire pourquoi, mais je l'ai remarqué!


Lyjazz 15/01/2009 01:17

ça donne envie de s'y mettre. ça fait des années que j'y pense. Mais à lire ta description, j'ai l'impression d'atteindre cet état dans d'autres circonstances aussi....Bref.J'aime bien Chenrezi moi aussi, et elle sied bien à mes colères aussi...

Planeth 16/01/2009 08:34


Alors tant mieux si ça t'encourage , c'est une petite place sur un nuage qu'on se fait..!mais je suis d'accord il y a d'autres formes de méditation!