Mutation,

Publié le 14 Mars 2009

edit de 20h49: Bashung est mort...
La nuit je mens, je prends des trains à travers la plaine...



et ça!  magnifique et kitchissime:


                                                                                     ~~~~~~~~~


edit de samedi 19h52:  soigné rhube avec piscine et hammam, c'est vraiment génial comme ça marche bien...
Où je m'aperçois que je suis vraiment une mateuse impénitente, mes yeux sont reliés à un véritable ordinateur de bord, il y a des personnes aperçues que je pourrais décrire par le menu s'il le fallait..
Qu'est-ce à dire?  Superficialité assumée ou engrangement passionné de la nature du corps humain?

J'avoue , j'ai un gigantesque plaisir à regarder, hommes ou femmes, les corps en mouvement, les figures, et croire deviner par ce biais la structure de leur personnalité..
Au fait ma décision est prise à 99%, l'année prochaine je m'inscris  au cours de MTC! ça me démange d'y être!! Soigner avec mes mains!! Depuis le temps que j'en rêve..


                                                                                               ~~~~~~~~

festival du vent, Calvi, 2007

je remets celle-là parce que mine de rien, c'était un sacré truc pour moi de me lancer là-haut, j'suis top vertigeuse!


Bon!

Il aura fallu presqu'une année mais je crois que j'y suis.

Ma mutation s'est opérée. J'aurai 45 ans l'hiver prochain, on y est donc, une moitié de vie (oui parfaitement! mes grands parents paternels sont morts à quasi 100 ans !)  s'est écoulée, les presque 20 dernières ont été consacrées au "faire", à la création et la fructification du nid, de la cellule familiale, passage quasi obligatoire génétiquement et culturellement imprimé dans nos circuits. 

Passage plutôt réussi, mieux que je ne l'espérais à 18 ans en tous les cas, où ma vision de mon avenir était aussi grisâtre qu'un corridor d'HLM. La cellule familiale perçue dans l'enfance me laissait imaginer que le couple est un côtoiement obligatoire et saumâtre, un enfermement, une situation dominant-dominé. (Non, Doud, quoique j'en dise, tu n'es pas un despote... ;0))

Puis tout à coup une révolution interne se met en place, à mon insu, ça commence par le désir commun de déménager, de quitter la quiétude sommeillante de la Corse .

Puis l'arrivée dans la région, l'éclaboussement des bruits de la vie, la remise en place de nouveaux codes.

Sacrée période.
Certes, c'est fertile, mais sentir que l'on remet absolument tout en question donne parfois le vertige, sentir son "je suis" prendre sa place, rouler des épaules, s'affirmer, passer par les même transformations martiennes qu'à l'adolescence: comme le nez ou la poitrine, l'égo pousse par à coups, inégaux, parfois grotesques ou exagérés. 
 
 Des aspirations profondes s'ouvrent comme des corolles, happant la lumière, se débarrasser de vieilles enveloppes, de vieux bagages, en revêtir de nouveaux qui nous correspondent plus fondamentalement.

Les assumer, les revendiquer, sentir les peurs tomber, les barrières mentales se reculer.

Faire confiance à ses intuitions

Endurer les milliers de questionnements, les introspections douloureuses,

Inquiéter son entourage, le rendre plus autonome ,

Cesser de se prendre pour la poutre maîtresse du cocon familial,

Porter le regard loin.

Trébucher, se tromper, hésiter, douter.

Explorer les profondeurs, toucher le fond du marigot, donner un coup de talon...

Remonter.


Je crois que je suis grande, ça y est.


YEEPPPPPEEEEEEEEEE!!!!!!




Rédigé par Planeth

Publié dans #pensées dans le miroir

Commenter cet article

tess 19/03/2009 14:57

j'y suis partie après 7/8mois de vie autonome en métropole. C'est un contrat destiné à financer les études de mes enfants. C'est ce que je dis ds mon blog : j'y suis en mercenaire, souvent émerveillée, parfois amusée, à l'occasion agacée voire en colère...ça a le mérite d'être clair et ça m'empêche pas les sentiments ;-) reviens quand tu veux ! :-)

Planeth 23/03/2009 08:18


Wow, sacré cheminement, et tes enfants, en métropole?

oui oui je repasserai volontiers! ;0)


tess 18/03/2009 17:08

Très beau texte...Et qui me touche car tu as mis en mots ce que je ressens et ce que je vis (séparation après 35 ans de vie commune, deux enfants et la décision lente mais irréversible de s'autoriser à devenir ce qu'on est, tout simplement) et finalement tout le monde grandis ...Pas que moi ! j'ai été courarageuse à 51 ans. Je voulais montrer à mes enfants qu'on peut décider (et réussir) à être soi, à être en projet de soi...à tout moment de la vie. Je me suis lancée en aveugle mais comme la rivière qui a soif et j'ai fait grandir toute la famille dans ce sillage! yep ! :-)

Planeth 19/03/2009 08:46


c'est magnifique!
 je me suis permise de me glisser chez toi, tu vis dans un endroit pas ordinaire, cet endroit là fait-il partie de cet envol ou y vivais-tu déjà?
la phrase que je garde à chaud instant au creux de moi: "Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait"
c'est drôle avec 35 ans de recul c'est exactement ce que me répétait mon grand-père à sa façon: "impossible n'est pas...!"


mab 15/03/2009 07:27

tu me donnes le vertige, pas celui de Bashung, avec tes billets qui s'enchaînent à la vitesse de l'éclair.

Planeth 15/03/2009 10:44


J'ai le tournis aussi, Mab, rassure-toi, mais les plumes commencent à moins tourbillonner et à descendre lentement autour de moi,


Tristana :0125: 14/03/2009 21:21

Rien d etel que le hammam pour drainer! quand tu dis MTC tu parles de medecine traditionnelle chinoise??c'est super! bon courage!biz=)

Planeth 15/03/2009 10:45


c'est un des endroits les plus réconfortants que je connaisse!

MTC, oui, c'est ça, bienvenue Tristana ;0)


Papa de Lili 14/03/2009 21:08

Que voilà un beau passage de la ligne! Du Nord vers le Sud où du Sud vers le Nord? Qu'importe si le bateau est stable et le Capitaine ami de Père Temps...Amitiés.

Planeth 15/03/2009 10:46


Un poil agité tout ça...j'espère rentrer dans les eaux calmes! amitiés itou! ;0)