A découvert...

Publié le 31 Mars 2009

      Concert , synagogue de Genève, 1999


    J'ai compris pourquoi il est si difficile de chanter seule devant les autres, pourquoi mes entrailles deviennent un champ de laves bouillonnantes quand vient mon tour, pourquoi ma main peine à tenir la feuille.

Ce n'est pas par orgueil de débutant, mais j'ai cru que c'était ça:

  -Vouloir déjà savoir faire alors qu'on est en plein apprentissage.
Je l'avais reconnu chez mon fils tout petit, qui à peine un trait de feutre esquissé sur sa feuille déchirait tout rageusement: ce n'était pas assez bien. 

Non ce n'était pas ça, c'est une chose qui me quitte un peu.

Ce n'est pas par peur du ridicule. Nous sommes tous débutants, nous sommes tous hagards devant un micro, et nous regarder mutuellement chanter est plutôt un genre de communion bienveillante, je le crois.



      Mais c'est ouvrir une porte, entendre ce que l'on ne veut pas forcément entendre.

 Il y a la voix qui me rassure, que je connais, et puis parfois, une voix presque étrangère, une qui vient d'autre part, qui s'échappe sans permission, l'autre voix, celle qui ramasse tout ce qui est tapi au fond de soi, l'intime, elle passe entre les mailles, elle fuse, elle file, elle déborde, elle est impudique, elle est l'autre soi qui n'est jamais au devant de la scène, et l'entendre est une violence.

Apprivoiser cette sensation étrange, cette nudité, cette couverture qui tombe des épaules.. ça c'est difficile..

Merci à Nath, notre prof, de nous amener à cette chose là, simplement, sans oh, sans ah, sans remarques, sans jugement, doucement..

Rédigé par Planeth

Publié dans #pensées dans le miroir

Commenter cet article

Papa de Lili 01/04/2009 20:18

Le chant (que la voix soit juste où fausse!) est un cri de l'âme qui monte vers le ciel! Peu importe que se soit celui de Caruso où celui d'Ouvrard! A Naples c'est le chant qui a réunit italiens, allemands, espagnols... etc! Et la soirée fut belle!Amitiés.

Planeth 03/04/2009 08:13


Quand même quand c'est juste, ça monte plus vite non? .... ;0)


Sylvaine 01/04/2009 12:53

Quand je pense que la synagogue est en plein dans le quartier des banques...depuis les partitions ont dû se froisser !

Planeth 03/04/2009 08:15


Ouh moi j'ai rien vu de tout ça, c'était un dimanche , y  avait personne dans les rues, et c'était la première fois que je mettais les pieds à Genève!
Je me souviens surtout des bagels à la crème et au saumon.... je me damnerais pour des bagels..


Lyjazz 01/04/2009 11:11

Ah, oui, une prof de chant qui chante du jazz, ça me plairait bien ça !C'est la même démarche au collège de Marciac, dans la classe jazz. Je comprends que tu ne t'enfermes pas dans une seule activité : moi idem, je me sens plus vivante quand je fais d'autres choses, toutes les activités se nourrissent. J'aime bien l'idée de la pensée qui se déroule comme plusieurs pelotes : ça fait un faisceau qui rejoint le même acteur. Le contraire d'une pensée linéaire. Chez mon ainé pareil : pas de dessin avant de savoir faire un bonhomme, pas de coloriage avant de ne pas déborder.

Planeth 03/04/2009 08:17


De toutes façons si on écoutait la voix de nos ancêtres dans notre tête, ils nous répètent encore comme un vieux disque : "on se marie pour la vie, on a un travail pour la vie, on ne se disperse
pas, la variété c'est mal, la bougeotte c'est mal..."
Pas confondre avec la voix de notre intuition qui est un disque autrement plus souple!!
;0)



mab 01/04/2009 07:24

Toute ma vie j'ai entendu 'tu chantes faux" et pourtant j'adorerais chanter autrement que dans ma tête.

Planeth 03/04/2009 08:18


Et puis chanter c'est comme tout, quand on apprend ça change bp de choses! Essaie!


Nadège 31/03/2009 20:15

Tu en fais des choses, à côté de toi je suis un peu monomaniaque.

Planeth 31/03/2009 20:30


j'ai toujours pensé que c'était un défaut, et du coup je versais dans le dilettantisme. Maintenant je me dis juste que j'ai besoin de tout ce faisceau de chemins pour aller où je dois aller!