Tissage ou dilettantisme,

Publié le 2 Avril 2009

je viens de découvrir ça,  cette reprise me fait dresser les poils des bras, je meurs tellement j'aime!


Edit de Vendredi: Bon j'ai pu réintégrer mon atelier , (aux mains du plombier toute la semaine)  je respire!
 communion
                                                     ~~~~~~
 

Juste un truc qui me traîne ces jours-ci dans la tête:

Avec notre habitude de juger en bien ou en mal tout ce qu'on fait, et en général on est largement plus critique qu'autre chose, je me suis toujours jugée très négativement sur mon inaptitude à suivre une seule voie.

Je suis pourtant assez pugnace, finalement. Ma façon d'aborder la peinture est plutôt Yin que Yang, je n'attends pas de résultats, je suis juste sur un cheminement, ceci est un aparté.

Dilettantisme supposerait que je n'ai pas de réel intérêt pour tout ce que j'aborde et que de toutes façons ces choses n'ont pas grand chose à voir ensemble.

Or j'ai tout juste l'impression du contraire: ces multiples graines lancées devant moi sont comme des fleurs magnifiques en devenir et qu'il me semble complètement logique d'unir en bouquet.

C'est un tissu fait de multiples fils qui s'entrecroisent, s'apportant mutuellement de grandes ou d'infimes complémentarités.

Je suis comme un jardinier ébloui, une tisserande qui voit s'élever devant ses yeux une tapisserie multicolore.

Rien n'est plus éloignée de moi que l'idée que la vie suit le tracé d'une montagne avec une montée et une descente. Encore une fois la vision bouddhiste me convient, celle d'une progession continue.

On doit bien ça à notre esprit qui ensuite ira coloniser un autre corps! A nous d'apporter notre pierre en chemin!



Rédigé par Planeth

Publié dans #pensées dans le miroir

Commenter cet article

lechalote 05/04/2009 08:49

Ah les "ne te disperse pas" de notre enfance, "fais une seule chose, mais fais la bien", "il faut persévérer", quand tu te rends compte au bout de dix ans, que même douée, tu détestes le piano...Le regard et le jugement des autres ma douce Planeth, encore et toujours...Que le bonheure ce "dilletantisme" qui nous fait nous émerveiller, aimer, profiter, ces oui mais non de notre désir...ça change quoi pour qui finalement, à part que tu t'es fait plaisir à toi, et que c'est ta vie que tu vis? Oui, avec des vies très différentes, on est sur le même chemin...mais j'ai un peu de retard je crois :-)

Planeth 05/04/2009 21:55


Oui mais tu es bien plus jeune aussi! ;0))


Lyjazz 03/04/2009 23:01

Il me faut apporter ma couleur à l'édifice tissé...La couleur de mon prénom est le pourpre, enfin, mon prénom est celui d'une marchande de pourpre (et j'ai toujours aimé ces nuances). J'ai envie de tisser depuis des années. Mon image des pelotes rejoint celle du tissage : elle vient du livre de Béatrice Millêtre http://www.amazon.fr/Petit-guide-intelligents-trouvent-dou%C3%A9s/dp/2228902195"Petit guide pour gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués"et puis je suis bien d'accord : nos diverses passions se nourrissent et intéragissent pour nous façonner de façon unique. Et je trouve que tout se met en place au fur et à mesure dans notre vie : on comprend que l'on a fait ça à un moment pour que ça serve à un autre.

Planeth 05/04/2009 21:58


Nul doute que tu saches créer de magnifiques motifs, de ce que j'en lis..


mab 03/04/2009 09:18

Tu es bien la seule, sur les blogs à ne pas pratiquer l'auto satisfaction à outrance. Tisserande...je lis un  bouquins en ce moment où il est question des premières étoffes teinte en rouge, les florentins avaient trouvé le secret de cette couleur qui valait très cher

Planeth 05/04/2009 21:59


C'est drôle comme parfois nos fils sont proches.. ;0)