Un grain de folie,

Publié le 18 Avril 2009

 

Gaudi Miro

              

Picasso

     Miro, Picasso, Gaudi... il n'y a qu'à voir leur regard , à ces trois là. Celui de Picasso, ses yeux sont comme deux volcans, on a l'impression d'une rage rentrée, il a vu ce que personne n'a vu, son énergie  est comme une lave bouillonnante , le regard clair de Miro est à la fin de sa vie comme celui d'un nouveau-né, écarquillé, émerveillé, toujours surpris, celui de Gaudi est doux et serein, très beau.  On se sent nain à côté de ces gens.


Ils ont eu un grain, le germe d'une folie dans la tête , et sont allés jusqu'au bout sans se retourner.

Barcelone a peut-être un grain finalement, elle a juste assez de langueur et de bizarrerie pour qu'on aie envie de s'arrêter au bord de la rue.
 Folie douce, enchantement.
 De toutes façons, quand j'aime, plus acun sens critique, j'adule, je transcende, je magnifie.

Un coup de coeur pour Barcelone ? Assurément, il m'a fallu une poignée de minutes. Un genre de coup de foudre donc.

Elle est douce, elle est languide, elle est latine, elle est multicolore et multilingue.

Un studio à Paris, pour étudier, un atelier à Barcelone, pour créer, et un pied-à-terre près de la forêt et de Toulouse...Voilà, si j'étais millionnaire, ce que je m'aménagerais.

Miro est tellement, tellement...inspirant, même si je ne suis pas du tout le même chemin, c'est son esprit qui est inspirant, qui joue sans cesse, qui se donne toutes les autorisations.

Et Gaudi!!!  Contempler la Sagrada Familia, c'est hoqueter de surprise, de stupéfaction, d'incrédulité.
Ce type s'est tout permis!
A y regarder de près, c'est du kitchissime le plus absolu. Mais l'ensemble est saisissant de beauté. On ne voit plus les grappes de fruits rouges et oranges , les sculptures tellement signifiantes qu'il n'y a plus rien à en tirer, l'analogie naïve avec la nature. 
On plonge dans un univers  entre rêverie et abysses, c'est dégoulinant,  marin, mouvant, comme au milieu des courants et tourmenté par les algues et les reflets du soleil dans l'eau.

Si j'étais déformée par l'astrologie, je dirais, pas étonnant cet univers marin, il était Cancer!


edit de dimanche: un petit essai sur "Chanson d'ami" de Zazie

Chansondami2
envoyé par planeth

Rédigé par Planeth

Publié dans #Expériences...

Commenter cet article

Papa+de+Lili 20/04/2009 16:32

Moi le béotien en peinture que pourrais-je dire? Que je ne connais rien de Gaudi, que je n'aime guère Picasso dont les tableaux ne crééent aucune émotion en moi et enfin que seule la couleurs m'attire chez Miro! Allez, je me jette moi-même à la poubelle pour incompétence...Amitiés. J'ai honte!

Planeth 23/04/2009 08:20


Et bien heureusement que nous ne sommes pas tous fait sur le même modèle, ça serait d'un morose! Je n'ai pas ditque le peinture de Picasso me touche! Ce tuype m'impressionne comme peronnage et
parceque je crois qu'il avait la grâce à 15 ans comme rarement, après ses recherches c'est une autre histoire, il a apporté bp grâce à son mépris des sens interdits, mais est-ce qu'il voulait
toucher? bousculer oui!
Miro ne me touchait pas tant que je ne suis pas tombée sur ses toiles en chair et en os!


mab 19/04/2009 05:51

3 regards disséqués par le tien, entre artistes vous vous comprenez.

Planeth 23/04/2009 08:20


Ouh la, je me contente de les admirer! ;0)