Dans le courant,

Publié le 9 Juin 2009



Ça y est, Neptune, cette belle mystificatrice, consent à me lâcher l'imaginaire, ne plus voir des reflets d'eau là où il n'y a que du sable sec,  des migrations de fous de bassans où il n'y a qu'un envol de moineaux, reprendre pied est un plaisir, ouvrir les yeux sur l'aujourd'hui et continuer de plus belle à peindre les évanescences de l'air et de l'eau, de la terre et du ciel...
Hi Haaa!


edit de mardi 15h: Une pensée étrange vient de me traverser l'esprit:
Un cerf-volant reste en l'air autant de temps qu'il est tenu par un fil , si le fil est rompu, le cerf-volant tôt ou tard retombe au sol....








 


Rédigé par Planeth

Publié dans #De l'art ou du cochon

Commenter cet article

Lyjazz 11/06/2009 21:05

La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil, disait René Char.Et aussi : Enfonce-toi dans l'inconnu qui creuse, oblige-toi à tournoyer.Ce sont des sortes de mantras pour moi.

Papa+de+Lili 10/06/2009 21:56

La lucidité détruit le rêve... " Mais rêver, chanter être libre                                              Avoir le regard clair, la voix qui vibre,                                              Mettre quand il nous plait le feutre de travers,                                              Pour un oui, pour un non se battre, ou faire un  vers!"J'ai toujours préféré Don Quichotte à Descartes!Tes toiles sont des merveille de sérénité! (Je te l'ai déjà dit mais ça mérite dêtre répété!)Amitiés.

Planeth 11/06/2009 11:37


Merci ! merci ! merci! ;0))


mab 10/06/2009 08:07

Le plus souvent il s'accroche dans un arbre non?

Planeth 11/06/2009 11:36


pfff t'es trop pragmatique Mab!! ;0))


Myriam L 09/06/2009 18:57

Etrange cette pensée ? Plus que ça, fulgurante ! Hop, je l'attrape !

Planeth 11/06/2009 11:36


En fait je crois que je l'ai attrappée quand j'ai vu "les cerfs volants de Kaboul" l'autre jour (chouette film)