C'est bon pour le moral!

Publié le 19 Février 2007

allez allez on se dépêche, les poireaux...

 

 

 

 

 

 

 

 

Personnellement, j'ai jamais été une grande fane de carotte fan de légumes, pour autant que je m'en souvienne... entre autres désespérances culinaires, la macédoine en boite m'a laissé un souvenir cuisant. Mon assiette à la fin de mes repas d'enfant ressemblait à une nature morte, y avait des bouts de tout partout autour, et juste une petite place vide au milieu.
   A 20 ans, je mangeais  en solitaire des casseroles de purée en sachet devant la télé, jusqu'à ce que mon estomac demande l'extradition, ou des boites de raviolis de 1kg, chauffées à même le gaz,ou parfois ....froides.
  
Pécunièrement, ça m'arrangeait de dépenser ma petite pension étudiante en essence pour ma coccinelle plutôt qu'en mets soyeux et digestes.Mon père en revenant de voyage venait visiter mon frigo, il y plongeait tout le haut du corps et de là, j'entendais ses soupirs de désespérance devant l'immaturité chronique de sa fifille.

Quelques 20 années plus tard (euh là mon dieu comme le temps passe!) j'ai enfin découvert un monde de paix et de lumière culinaire , une terra incognita, un eden pour l'estomac mais pas que...

La fée "tu-boudines-de-l'estomac-et-c'est-bien-fait-pour-ta-pomme" m'a toqué avec sa grosse baguette en me regardant d'un air dégouté: t'as pas honte de continuer à faire des crèpes surgelées à ta progéniture, et toi-même, de te gaver de saloperies salées avant le repas?

Alors petit à petit, j'ai apprivoisé ce monde sauvage et beau, qui me fichait un peu la trouille quand même parceque tout le monde le sait, les légumes c'est dégueu..

On a même découvert qu'on était pas obligé d'aimer tout, ou alors qu'en toute petite quantité comme le fenouil. C'est redoutable ça, le fenouil,  croquer là-dedans, autant sauter en parachute.. mais en petites lichettes , dans la salade ou dans la soupe, ché bon! 
Bon, je vais faire court parce que j'en ai déjà causé ..

Mais ce n'est pas cette révélation  que je voulais faire, non...Le truc, c'est que je suis persuadée que selon ce qu'on mange on est plus ou moins zen, équilibré, heureux de vivre, tranquille, ou alors énervé, stressé, angoissé, dépressif.

Effectivement, pendant des années, je me suis levée avec le bourdon, c'était comme une fatalité, un truc qu'on aurait eu dans la famille, y avait déjà des neurasthéniques chroniques, des atrabilaires, des misanthropes, des dépressifs chroniques, alors un  petit bourdon du matin, pas de quoi s'affoler, puis c'est sympa de se remâchouiller toutes les bonnes raisons de pas aller bien, comme ça, dans le lit, le matin, si si c'est top..

Mais tout ça c'est fini! Je ne rumine plus que TRES rarement le matin, ou alors c'est  parceque le vent va se lever, ou alors parce que la pression atmosphérique est basse et que les hirondelles volent  en razmoquette..

 j'ai appris à écouter un petit peu plus ce que me disais mon estomac .
Exemple: Si j'avale un plat de pâtes, comme une grosse goinfre, et bien tout à coup pan, tout le tas de pâtes tombe au fond de mon estomac, et là, ça ne loupe pas, je suis dans une colère noire... Non pas tant parceque je me suis encore faite avoir par ma gloutonnerie , mais le fait d'avoir l'estomac lourd provoque mon énervement comme une réaction chimique .

Par contre, je me suis mise à garder les eaux de cuisson de tout, que je balançais  avec un grand splash dans l'évier, les bouillons de courgettes, les bouillons de carottes-poireaux.  Quand je fais la soupe je mets bien plus d'eau, et ensuite je récupète tout le liquide en trop, et ça, mmmm, c'est de l'or liquide.

Si je me nourris de ce genre de chose, et mettons de lentilles, de salades , de trucs comme ça, je me sens légère et gaie comme un pinson. Pourquoi se priver?

Je lisais bien ça partout depuis un moment: la viande , les sucres, ça énerve, ça surcharge, c'est mettre du super en permanence dans l'organisme qui n'en a pas besoin, mais bon, je me disais bof bof, dans ma famille on a tous été des carnassiers avec des machoires carrées et des dents pointues, alors yop la boum..

  C'est pour ça qu'aujourd'hui j'ai osé demandé à MON magasin de légumes si je pouvais photographier ses beaux étals (même que le monsieur me regardait d'un air soupçonneux au dessus des salades).

Une espèce d'"hommage aux salades "en somme , un hymne aux haricots gourmands, aux oignons roses, aux blettes sauvages...

C'est beau, c'est z'émouvant...

Et vous , avez vous fait des liens entre la nourriture et l'humeur?

Ehhh psssst! Il parait que les bonbons, ça énerve les enfants, hu hu hu!!!

 

 

 

Rédigé par Planeth

Publié dans #Expériences...

Commenter cet article

jrsrosey 24/02/2007 14:15

dis moi ce que tu manges je te dirai qui tu es... il parait donc je suis assez d'accord sur les liens entre notre alimentation et notre humeur... et en effet ce magasin donne envie d'acheter des légumes!

Planeth 24/02/2007 15:53

or donc, l'alimentation américaine, ça te mettais de quelle humeur? ;-)

planeth 20/02/2007 16:50

merci dame ingrid
non dasimian, ce n'était pas pour faire de l'art, c'était juste parceque je le trouve très beau ce magasin, il donne très envie d'acheter plein de légumes!!

ingrid 20/02/2007 11:07

pas mal mais j'aime encore plus les dessins et les pastels

dasimian 19/02/2007 22:34

magnifiques les photos.. faire de l'art avec des légumes, c'est fort...  sinon, est-ce qu'on pourrait avoir quelques recettes de cette cuisine "bonne humeur" ??