Paix et lumière..

Publié le 4 Mars 2007

 

  Il semblerait qu'il se soit produit un évènement ces jours-ci..
Je dis il semblerait parce que ni ma chair ni mon esprit n'ont émis de signaux critiques à ce sujet.
  J'attends, car à l'extérieur de moi, tout semble avoir frémis de cette chose, et à l'intérieur c'est à l'image de ce qui est au dessus, la balade avec les juments en  bord de mer, tout est calme, limpide et simplissime.

  Je ne ressens ni colère ni interrogation d'aucune sorte, ni stupéfaction non plus, le battage qui a découlé de la pauvre petite chose noire que j'ai découvert mercredi matin me semble irréel et démesuré.

  L'autre jour un ami nous a raconté une petite histoire qui lui était arrivé: il se trouvait à côté d'un israélien, à bord d'un avion je crois, et celui-ci apprenant dans la conversation que notre ami vivait en Corse s'est exclamé: "Oh la la! et ça va, vous n'avez pas peur là-bas?ça ne doit pas être facile" ou quelque chose de similaire.
J'ai trouvé la blague excellente.

     Est-ce que c'est moi qui suis privée de mes connections en ce moment? Ou est-ce le monde extérieur qui regarde les choses avec une loupe.
  Cet évènement, loin d'avoir sur moi un effet déprimant ou anxiogène, est presque euphorisant.
  On a eu de la chance, et cela a déjà de quoi me mettre en joie.
   L'avalanche de mouvements de sympathie déclenchée par ce "non-accident" et ce qui a été dit à ce moment là, surtout sur mon monsieur doudou, n'aurait peut-être jamais été dit sinon.
    L'occasion a été donnée à des gens que nous ne connaissions  pas  de dire le bien qu'ils pensaient de mon tendre, sur sa façon de travailler, sur ses écrits, sur l'apport qu'il fait au shmilblick judiciaire par sa réflexion et sa plume.
   On a ouvert une boite, et il y avait de jolies choses dedans, les mots de nos amis, parfois juste de nos voisins. Je ne dis pas que cela valait la peine, je ne suis pas inconsciente à ce point, mais cette nourriture là donne de la force, autrement plus que le peu qui nous est enlevé par une action stupide et anonyme.

   Alors merci à eux, à vous, à tous, pour ce fil de solidarité, qui est comme un bourdon qu'on entend seulement quand la chanson se tait.

 

Rédigé par Planeth

Publié dans #pensées dans le miroir

Commenter cet article

Henri 07/03/2007 00:05

En ce qui concerne, la blague, en plus d'être excellente, elle est tout a fait vrai! De loin, on s'imagine que dans un pays ou règne un conflit larvé, c'est l'enfer pour tout le monde! Alors que non! On peu passer à coté des mauvaises choses et avoir une vie normale! C'est le cas de millions d'israéliens ;-) J'ai regardé entre autre ton album huile! J'aime beaucoup l'écriture et la matière!

Planeth 07/03/2007 07:47

merci Henri; bienvenue!
Oui tout à fait d'accord, sur place, on agit, on est dans le réel et du coup le fantasme n'a pas d'espace pour s'installer.

cathulu 05/03/2007 15:09

Elle est très jolie ta planète et très drôle aussi,  je repasserai !

Planeth 05/03/2007 15:13

merci  cathulu! ;-)

malaurie 05/03/2007 09:23

Ouille, ouille, ouille...Merci de ta petite contribution au dromadaire (toi qui semble aimer les montures, ouille, qu'est ce que je dis là ?)...J'espère que tu vas prendre le temps de revenir donner plus de substance avec ton aspect transitif (ouille, mais que dis-je là ?)J'espère ne pas avoir trop ouiller (faire la liaison, svp - certaines peuvent être croustillantes...) ; je te souhaite le bonjour et te dis à bientôt, je m'en vais me balader sur les liens que tu nous offres...Ciao

Planeth 05/03/2007 12:50

 
"J'espère que tu vas prendre le temps de revenir donner plus de substance avec ton aspect transitif (ouille, mais que dis-je là ?)"
j'me tâte... ;-)

Clémence 05/03/2007 09:09

http://picadore.over-blog.net, venez découvrir ma passion pour l'art.