Maison-mère...

Publié le 2 Avril 2007

Flash-back 1:

copyright F.Patay

Cette nuit, je me suis réveillée en sursaut, et pas moyen de me rendormir.
J'ai cherché les visions qui me redonneraient la sérénité propice.
  J'ai d'abord marché dans l'eau de la plage de la Roya, mais cela ne suffisait pas, alors je suis partie vers l'océan, marée basse, goémon et pieds nus qui s'enfoncent  dans la sable mêlé de vase, lisse et luisant. Le vent qui me fouettait, et le cri des goélands, c'était pas mal, les oyats couchés, l'avancée des pins, la mer comme une masse sombre brun-vert, l'odeur forte de sel et d'algue pourrissante, ça aurait pu marcher, mais j'étais aussi réveillée qu'en plein jour, il a fallu trouver autre chose.

Alors je suis retournée à la maison mère, la maison de famille, la grande dame. j'ai marché sur le gravier qui crouisse sous les bottes, tapé mes talons sur la dalle en ardoise mauve, et soulevé le clanche de la porte ronde, celle de l'aile Nord, ça sent le fioul là-dedans, et il fait noir. A gauche la cuve de métal sur ses pieds bots, devant moi la montée d'escalier. Je la monte toujours à droite, peut-être à cause de la rampe, et d'un pas un peu lourd, un palier puis encore une volée de marches. On arrive au premier, une haute fenêtre à petits carreaux, chaque carreau a sa toile d'araignée, et dans les encoignures, on sent les petits tubes de velours blanc, envie dégoutée d'y glisser le doigt à la rencontre de l'insecte..
  Je rentre à droite, c'est la cuisine d'en haut. Les carrelages sont en terre cuite, de toutes les couleurs d'ocre et de rouge cuit, ils brinqueballent sous les pas. Un épais tapis de fibre, d'une couleur complètement passée, beigeasse au mieux, lourd de poussière, et un peu effiloché, une table large et longue, plus basse que la moyenne, flanquée de bancs étroits. A droite de la porte, une cheminée, large et haute, on pourrait y mettre un tronc , ou une vache, c'est selon.
Je ne me souviens plus de ce qu'il y a sur l'étagère au dessus, des pots, un fusil sans doute.. Ensuite le poële à fuel, il y en a un dans plusieurs pièces de l'étage, cela date de l'installation de mes parents dans la maison. Ils font, quand ils ne fonctionnent pas, un drôle de cliquetis, provoqué par le vent qui circule joyeusement dedans. C'est drôle j'ai écrit un texte sur cette maison mais il y a déjà une dizaine d'année, et le ressenti d'alors est assez sinistre.

Aujourd'hui, je retrouve ces souvenirs avec assez de bonheur, comme une vieille dame amie qui m'a accompagné quelques temps, ils sont loins maintenant les souvenirs douloureux laissés là-bas, c'est juste d'une nostalgie douce dont il s'agit.

Faire l'inventaire, c'est me reglisser dans ma peau de 10 ans, de 18 ans, de 25 ans, les époques se mélangent, les périodes où mes grands-parents l'habitaient encore, où l'on entendait à longueur de journée le ronronnement du motoculteur de mon grand-père, puis celle où j'ai habité seule dans son antre,dans son ventre, moitié effrayée, moitié hypnoptisée par elle, mélangeant l'imprécision de mes études aux Beaux-arts et le vague à l'âme que j'y ressentais.

C'est mélanger les dimanches, les jupes plissées insupportables et les barrettes, et le plaisir d'aller bricoler dans l'atelier au milieu du bric-à-brac , tâter du ciseau à bois, du tournevis et du marteau, impatientée par la lenteur de mon aïeul et ses explications.

Les dimanches , ma grand-mère brusque et tonnante, ses rires de crécelle rauques, son bavardage comme un éboulis de mots, mêlants les cancans et les histoires du reste de la famille que mon père accueillait en soupirant.

la suite une autre fois..

merci à mon frère pour ses photoscopyright F.Patay

Rédigé par Planeth

Publié dans #Boîte à souvenirs

Commenter cet article

planeth 03/04/2007 08:34

vi, je trouvais mon dessin moyen quand je suis retombée sur la belle tof de mon frérôt

mab 03/04/2007 08:33

T'as changé la photo?

Loïs de Murphy 02/04/2007 20:25

Désolée mais si ça doit forcer ton talent de plume, je préfère qu'à instar de cette nuit tu ne dormes pas ! Je me suis régalée à te lire :o)

Planeth 02/04/2007 22:19

Loïs, tu m'effraies, va dormir :0)

mab 02/04/2007 16:06

unbon début pour une saga de l'été.

Planeth 02/04/2007 18:11

rhôooo la moqueuse hé! attention sinon je vais faire surgir une héroïne aux longs cheveux blonds, faut pas me tenter! ;0)