Dans le bois..

Publié le 13 Octobre 2010

12oct-007.JPG

 

 

        Il y a en moi un ordinateur trop poli pour être honnête, il feint de ressentir à ma place, de savoir ce qu'il me faut, de choisir pour moi.

Les moyens de m'en débarrasser au moins quelques instants je les connais, peindre  en est un, chanter aussi.

 

Sortir dans la forêt le matin tôt pourrait être le plus direct.  En tout cas c'est dans cette circonstance que je me suis écriée en moi-même ce matin:   Fokçacesse.

 

Si l'on branchait sur mon cerveau un stethoscope spacioluminomental, on entendrait crépiter les fax, les interventions, les traductions, il y a un de ces bazars là-dedans, ça ne s'arrête jamais. Des mots, toujours des mots, des raisonnements, des conclusions des avertissements, des asservissements.. Je suis bardée de mots comme un rôti.

 

Assez habiles, tous ces mots pour se muer en émotions à la demande, mais que vaut une impression passée à la moulinette du raisonnement puis redéguisée en émotion? Je vous le demande? Pas bézef.

 

Je maitrise si peu l'instantanéité du ressenti que même manger , ou respirer est compliqué, D'ailleurs je mange trop, et je ne respire pas assez.

 

Obligée de réfléchir pour respirer, un comble;

De m'invectiver lorsque ma main se dirige automatiquement vers le plat: une fidélité quasi para sympathique au mode de gavage du nouveau-né des années 60.

Rien à faire, mes sens ont beau me hurler: stopppp! Je continue, sourde et muette, quitte à me frapper de rage une heure après, en me traînant comme une baleine échouée.

 

Aussi bien dans les arbres, un élan revient, le footing sage et besogneux se mue en course déglinguée , mes pieds le demandent.  L'immobilisation soudaine et l'écarquillement des yeux au moindre bruit incongru est un réflexe d'animal nu lui aussi.   Ça fait du bien, si pendant quelques secondes je n'ai pensé à presque rien, ou pas tenté d'analyser.. 

 

Les choses m'échappent à tel point que par exemple c'est devant un film inepte que des larmes vont décider de sourdre de moi comme une pluie,  je suis de celles qui peuvent être prises de fou-rires dans les enterrements.

 

Allez , un verre de vin serait un baillon au bavardage interne assez satisfaisant, quoique, de  pragmatique, le discours même devenu hasardeux et effiloché reste  présent vaille que vaille, soyons honnêtes..

Je finirais par tester un second, voire un troisième verre bien qu'il soit source d' ennuis parait-il.  Mais là encore le cervordinateur m'invective et me menace, ma raison raisonne raisonnablement, quel embarras....

Et vous ça va bien?

 

 

 

 

 

 

Rédigé par Planeth

Publié dans #pensées dans le miroir

Commenter cet article

catherine 06/11/2010 18:48



ou 3 :{



Planeth 09/11/2010 16:55



;0)



Chris 30/10/2010 10:24



Ben oui moi ça va. Je reviens d'une belle promenade du matin, de celle qui font du bien, de celle où j'ai dû mal à me motiver pour partir et une fois dans le vent je me remercie d'avoir forcer
mes jambes. "ça fait trop du bien" comme dirait mon ado de fille. Puis je viens te lire et ça aussi "ça fait trop du bien" parce qu'en te lisant je me dis que l'on est au moins deux à ressentir
les mêmes choses, à se ressembler quelque part et ça, ça fait vivre, ça fait du bien de se sentir moins seule. Merci.



Planeth 09/11/2010 16:56



merci à toi!



brigitte Celerier 21/10/2010 11:06



voilà qui me semble d'une belle normalité (en allant sous nos surfaces)



Planeth 26/10/2010 10:14



Belle je ne sais pas, c'est encombrant un cerveau finalement, mais  fréquent  dans nos contrées, je n'en doute pas !



AdS 18/10/2010 13:14



j'adore ce dessin. Tu l'as fait avec quoi ?



Planeth 19/10/2010 08:41



C'est de l'huile sur toile, mais y a aussi du crayon, des craies, etc... 


 


Merci ;0)



mab 18/10/2010 07:28



Mais oui ça va surtout avec un texte aussi jubilatoire sous les yeux.



Planeth 19/10/2010 08:42



Hi! Et bé té! c'est gentil!