Et le caramel...

Publié le 30 Septembre 2010

            Et dire que j'ai attendu si longtemps pour faire du caramel au beurre salé. Comme dirait l'autre: c'est une tuerie (ah oui ça c'est l'exclamation à la mode, ainsi que : "c'est gourmand", quand j'entends ça, j'ai envie de donner un coup de fusil dans la télé)

 

Brefle, c'est tellement bon, qu'on pourrait presque mourir après. Et c'est hyper simple, mais je vais garder la recette pour moi, hé hé...

 

Bon par contre mes pains perdus, y valent pas tripette. Rien à voir avec ceux de ma manman, mais il faut dire que je ne les ai pas laissés tremper assez longtemps et il était vraiment rassis, le pain.

 

   En ce moment, je me sens comme quelqu'un qui a plusieurs marmites au feu, et ça poupoute tranquillement, du coup je me permets des sauteries de temps, et pas seulement l'organisation métronomique de mes différentes tâches journalières,

          Et ça fait du bien! 

             Avant-hier nous avons fini de peindre le salon. Aahh !! Ce rouge profond, de Chine, ben tiens, il est tellement beau! 

     Le poêle noir et mon adorable petit secrétaire  (le seul meuble que j'ai gardé de ma famille)  sont comme des princes sur ce fond! 

 Nous garderons notre vieux canaprout pourri, parce que finalement il est tellement défoncé qu'il est très confortable, et son rouge éteint se glisse dans le rouge royal du mur avec simplicité.  Ainsi, on ne criera pas quand les chats feront leurs griffes dessus, ni quand on apportera une assiette pleine dans son voisinage, ni quand Billie par une extrême courtoisie aura été  conviée par S à venir s'y allonger et y déposer ses poils.

 

  Je renoue avec quelques ventes.. Après la joyeuse période de Tracker d'art, cela s'était un peu éteint faute de lieu où exposer.  Maintenant je m'ancre un petit peu, je m'assois, je me conforte, et je me sens moins comme un animal aux oreille dressées, avec le sang qui tape dans la jugulaire.

Le danger du renoncement est passé, et je peux un peu plus profiter du plaisir que j'ai toujours et encore à peindre.

 

Je ne laisse rien tomber cette année, chouette.

 

La médecine chinoise me captive de plus en plus, son pendant: la langue chinoise elle aussi , même si elle me terrifie un poil. Elle m'attire toujours dans ses filets et je ne désespère pas de pouvoir un jour l'entendre. 

  Alors avec mes trois brouettes à pousser, j'ai parfois tendance à cloisonner ma journée , ce qui pourrait au bout d'un moment me conduire à l'ennui de la répétition. Cela ne sera pas, je filerai à l'anglaise quelques fois, je désorganiserai l'organisation, pour happer l'air frais du dehors, l'imprévu, l'impromptu..7

 

 

Et d'abord une petite virée dans la montagne nous fera du bien de partout!

 

 

(Dès que j'ai le derrière posé dans un camion, c'est... c'est le bonheur! ben oui...)

Rédigé par Planeth

Publié dans #Vie de famille

Commenter cet article

mab 02/10/2010 06:54



Finalement tu as un moral d'enfer, c'est le caramel sans doute!



Planeth 11/10/2010 10:51



Ah, ça aide, c'est sûr!



Lyjazz 01/10/2010 10:55



Oh, comme je te comprends !


je suis aussi dans un trip : repenser au nid, cultiver ma tête (et celle de mes petits), être créative....


Et le camion : pareil ! on the road again ! La semaine prochaine pour nous !


Bon, trêve de plaisanterie : il faut te menacer pour la recette du caramel au beurre salé ? OU quoi ?



Planeth 11/10/2010 10:54



Ton nid est ton camion, un nid à roues, pas mal! Bonne virée alors!


 


Pour le caramel c'est tout con! faire fondre le sucre SANS eau, y glisser le beurre hors feu, puis la crème, lasser refroidir, par exemple jusqu'au lendemain si on a pas tout dévoré, c'est épais
et suave comme un souvenir de tube nestlé traqué jusqu'à la moindre goutte! ;0)  dixit marmiton