journées inefficaces..

Publié le 17 Février 2010



La terreur d'un être humain, enfin d'une femme, c'est d'être inefficace..

C'est mon pot-au-noir, j'ai la voile qui flotte...

Même ma quête de la combine de ski pour Mimi a fait un  flop total, plus rien dans les magasins de sport, on est plus en hiver, il n'y a plus de montagnes, on ne fera plus jamais de ski, qu'on se le dise...

Même pas pour une petite journée à la neige de rien du tout?
Non..

J'ai fait pas loin de 50 bornes pour ce rien là.. j'en suis toute retournée de ce tas de bonnes minutes gaspillées...


Ce matin, un essai d'article a fait long-feu, à la relecture, il m'a paru à la fois si puissamment gnangnan et en même temps si indiscret que ça m'a indisposé..
 (non pas le "indisposé " de "madame! je peux pas faire gym, je suis indisposée")

Le truc c'est qu'à la fois j'adore me regarder le nombril, le tâter,  en causer ici, en essayant de vous  faire croire que je parle en termes génériques et que tout le monde va s'y retrouver, et à la fois je déteste parler de ce qui se passe chez moi..
Et mes mecs sont pas fort partants non plus pour le style exhibition, même s'ils sont tous très beaux, très musclés, très intelligents...  ça va sans dire...




J'ai besoin de soleil, immédiatement, et d'un objectif excitant... L'année dernière miroitait à la même époque un sublissime voyage en Chine en été, et  rien que pour ma pomme...

Pas d'objectif excitant là tout de suite...

 Je suis soi-disant à la recherche d'une belle galerie impatiente déjà de m'avoir sur ses murs.

J'ai plein d'adresses, mais même pas fini d'imprimer mes photos pour les books... Ouhhh l'apprentie!

La grosse astuce qui tue, c'est que maintenant je peux passer tout plein de temps dans les bouquins, et ça c'est hyper rusé.  Pas de culpabilisation...j'apprends.

Mais au bout du compte , un vieux doute s'installe:  planquée là dans mon bazar sur le bureau, je suis aussi créative qu'une paire de lunettes en plastique marron.   Après faut pas venir pleurer que l'inspiration est  chez moi aussi riche en ce moment qu'un plat de pâtes avec des pâtes.


Allez grosse feignasse, le soleil, il est dans le petit coin qui caille un peu, là, dans l'atelier, avec la radio, la lumière jaune, le grand chevalet trop lourd,  la toile qui veut pas se laisser faire n'importe quoi.

J'y vais...

Bzous


mais quand même je vous remets la photo de ce matin parcequ'elle est trop mignonne:
voiture 002                                         'purée, sxge t'es psxgoilue des sxgoreilles, tsxgoi!"





Rédigé par Planeth

Publié dans #Dialogue avec mon chien

Commenter cet article

lechalote 23/02/2010 15:43


Non, buzy, buzy, et un milliers d'autres trucs dans la tête, comme d'habitude, dont je ne peux parler nulle part, donc tout à la fois très dans la vie et très à l'intérieur de moi, du coup, peu de
disponibilité pour aller lire les blogs amis :-( mais ça va revenir, c'est un cycle, et je vais pas tarder à avoir de nouveau besoin de calme...
En tous cas, j'ai besoin de mes amis de la toile, et tu en fais partie...Biz


Papa de Lili 23/02/2010 13:59


Oui! bon! C'est pas Allais mais Jerome.K.Jerome...
Tu te fais très absente... Rien de grave j'espère?
Amitiés.


lechalote 21/02/2010 11:24


Hé bin, ça sert à quoi un blog et des amis si on peut pas écrire les trucs puissamment gnan gna qui vous passent pas la tête des fois?!
Nobody's perfect et moi aussi ça m'arrive tout le temps, et tsais quoi, on s'en fout! Si tu peux pas mettre tes états d'âme ici, alors...
Bises et si tu veux venir chez moi c'est : lechalote/copain,
A bientôt


planeth 20/02/2010 18:52


le manque d'inspiration, c'est pas du repos malheureusement, c'est du rien!mais c'est reparti mon kiki!!!! ;0)  et en plus je me fais de belles pages de caractères chinois à l'encre, peux pas
dire que ce soit de la calligraphie, ça essaie, j'ai l'impression quenje les mémorise mieux comme ça..

Bizous, les visiteurs écriveurs!!;0)


Papa de Lili 19/02/2010 12:56


Ne rien faire? Pourquoi non? C'est, je crois, Alphonse Allais (on ne prête qu'aux riches!) qui disait: "Le travail me fascine! Je peux rester des heures à le regarder!"
Amitiés.