La bagnole rend gnole!

Publié le 16 Novembre 2009




          Voilà, ça devait arriver.. je suis revenue à mes rêves enfantins, ne pas avoir de voiture, rouler en carriole...


Je hais la bagnole.

La bagnole rend les gens  cons, agressifs, imbus, méprisants, électriques, impatients, hideux, orduriers, insupportables.

La voiture fait ressortir la pire part de nous-même.    Notre part obscure, notre part primitive agressive, violente, qui veut DOMINER  l'autre.


Dans le paysage, le trafic génère des incohérences brutales: confronter l'humain tendre de chair et fragile comme une fleur de mimosa à la carrosserie d'un anonyme transformé en tueur potentiel.
Le véhicule a tout les droits, il a un permis de tuer  sur tous les êtres vivants y compris ses congénères, y compris les plus petits, les plus jeunes, les plus fagiles, les plus vieux, les moins alertes, les moins méfiants...

Il y a des traces de sang sur toutes les routes du monde.


       Des jambes arrachées, des bras torturés, des têtes éclatées, fracassées, des entrailles se répandant sur le bitume, des membres disloqués.

Aucun film gore n'a le niveau de  l'ignoble réalité.

Je n'aime plus conduire.

         J'ai été une jeune conductrice enthousiaste, ma coccinelle rouge vif était l'instrument de ma liberté, j'ai roulé trop vite, j'ai roulé sans freins, j'ai roulé dans des voitures qui  n'auraient jamais dû rouler,  j'étais nerveuse, je doublais, j'étais revendicatrice, râleuse, gueularde..;comme les autres..

Puis j'ai eu des enfants, je doublais moins, je ne roulais plus comme si j'avais 100 vies,  je commençais à remarquer le comportement des autres conducteurs, j'ai commencé à avoir peur des autres.

      La révélation, ça a été de prendre le train.. tout simplement, le train, qui me laisse ma place de spectatrice, de contemplatrice du monde, des gens, des piétons qui arrivent tranquillement, qui papotent, qui écoutent de la musique, qui lisent, qui sont si sereins..

       Depuis je suis malade de la voiture, je la prends à regret, les "autres" sont des ennemis sur la route, mon prochain est un tueur en puissance.

        L'autre jour, une grosse berline sombre me suit , immatriculée dans le Gers, je suis sur la 4 voies avec ma petite auto, il y a toute la place voulue pour me   dépasser, mais la grosse bagnole me frôle à quelques centimètres ... je ne sais même pas le klaxonner, je suis tellement héberluée...
Cette haine gratuite? Ou bien cette inconscience? Ou bien cette maladresse? Qui aurait pu nous foutre tous les deux dans la glissière de sécurité?  J'y aurais peut-être perdu mes yeux, mes jambes, et lui  étripé par sa portière pliée ? 
C'est le grand écart de notre société ultra sécuritaire, bardée d'assurances, mais qui laisse  un jeu de la mort-qui-tue, à chaque seconde se dérouler sur le bitume.



Imaginez un instant un pays débarrassé de voitures?   Débarrassé de l'idée qu'il faut absolument aller vite sur un ruban de goudron?
Il y aurait des pistes, des véhicules silencieux et à  vitesse "naturelle" c'est à dire ne dépassant pas ce que l'esprit humain est capable de gérer  ,   allez soyons généreux, 60km/h, et c'est déjà pas mal.

Nos habitudes nous dirigeraient instinctivement vers des transports en commun, qui nous laisseraient libres  dans notre tête, libres d' échanger, de s'instruire, de rire...




Tiens tout à l'heure il y avait encore, gravés dans le bitume, les quelques restes d'un renard..  Je ne compte plus les chats...


Rédigé par Planeth

Publié dans #pensées dans le miroir

Commenter cet article

Hélène 19/11/2009 10:06


Dans la cambrousse, je pense que ça dépend des rapports que tu as avec tes voisins. Ce qui semblerait se dessiner comme projets d'urbanisme dans certains pays du moins, c'est un système de partage
de voitures par immeubles ou quartiers, des zones sans bagnoles à part des voitures communes. A quatre ou cinq familles, ça doit pouvoir le faire, partager les frais d'assurance, d'entretien, et
déterminer les modalités de réservation. Mais c'est aussi une belle occasion d'embrouilles, il ne faut pas se leurrer...


Planeth 10/12/2009 10:45


Vivement qu'on aie le nez sur la réalité d'une fin du pétrole, là , les idées vont affluer, j'en suis sûre!


Papa de Lili 18/11/2009 21:07


Pour beaucoup la voiture est un instrument mécanique sans âme! Mais quand le moteur devient une entité amicale, le prolongement du conducteur, quand l'osmose se fait, alors l'agressivité n'existe
plus et le partage de la route devient naturel! C'est du moins comme ça que j'ai vécu avec mon bahut et je crois que c'est pour ça qu'en vingt ans je n'ai jamais eu d'accident!
Amitiés.


Planeth 19/11/2009 08:59


Jene  suis pas sûre que ce soit la même relation à la route et au véhicule que tu aies avec ton bahut,  parceque là il faut que tu en passes par les possibilités et les humeurs de ton
compagnon de route, effectivement quand elle n'est qu'un instrument , la voiture révèle lezs petitesses de chacun


jc 18/11/2009 17:18


carfree


Planeth 19/11/2009 09:00


ok j'irai voir, mais est-ce que ça marche quand on est dans la cambrouze?


rejane 18/11/2009 11:01


tu as raison, conduire une voiture peut rendre con, j'en ai perdu des proches que des cons ont tué, mais beaucoup d'autres choses rendent con, c'est à celui qui veut arrivé le premier, alors quand
ils sont en situation, ils cherchent à écraser, dans tous les sens du terme, ce n'est pas la fautes aux machines, mais aux objectifs des cons, mais comme on sait en chacun de nous sommeille un con,
qu'il faut résonner, mais tu a raison, dans leur voiture beaucoup de cons sans scrupules, moi je conduis une ax et je peut te dire que maintenant les cons je m'en fou, je vais où je dois aller,
sans provoquer, et les cons en général ont peur d'abîmer leur baglole, mais c'est vrai que bien souvent face à des cons en crise de con, j'ai la trouille, alors ton article , moi je te dis que je
l'ai bien apprécié, merci


Planeth 19/11/2009 09:01


Ben merci à toi ;0)   en même temps moi aussii j'ai une tite auto, mais du coup peut-e^tre que je me sens moins en sécurité face à toutes ces "agrssions".


Hélène 16/11/2009 20:04


Mon copain s'est abonné à Alpes Auto Partage, le principe c'est qu'il y a plusieurs voitures disséminées dans la ville, tu cotises (15 euros par mois), tu réserves jusqu'à une heure à l'avance
ensuite tu payes selon le temps et le kilométrage. Contraignant, certes, mais tellement moins onéreux et benêt qu'une bagnole qui dort dans la rue ou sur le parking. Je pense que je vais m'y mettre
aussi car malgré tout, on a pris des habitudes d'habiter loin les uns des autres et pas de voiture, ça désocialise, surtout dans un pays de montagnes, même si la ville est plate ! Et une voiture
qui n'est pas TA voiture, ce n'est plus un prolongement de ta personne, c'est un outil pour se déplacer. Et pourtant, qu'est-ce que j'ai aimé conduire !


Planeth 19/11/2009 09:02


Oui ça ça doit être pas mal, mais comment faire quand on habite en campagne? Moi je rêve d'habiter près du chemin de fer...