Articles avec #vie de famille tag

Publié le 30 Décembre 2010

istanbul-320.JPG

 

 

 

Sur les toits d'Istanbul, en compagnie de l'oiseau aux belles sandales jaunes..

 

On a vu...

 

Les chats , les myriades de chats, souvent nourris , bords de trottoirs, de vitrines, garnis de croquettes,  les duos de chats qui s'engueulent avec leurs jolies voix de paghjiela..

 

Ils sont doux , propres et on les a tous caressés. (nan, y en a des moisis, comme partout, mités et rongés de trucs  glauques)

 

Les chiens, moins,  des gardiens, c'est juste, ils n'ont pas le sourire facile.

 

Des paniers pleins à raz bord de poissons argentés, en cercles , en pile, en faisceaux, des gros plats, des ovales, des pointus, , le petit bord des pêcheurs , en bas du pont de Galata, avec quelques chaises sur les pelouses, plus qu'à attendre que le poisson frit, ça sent fort, gueule nauséeuse de bon matin, pas prête à avaler ce genre de trucs.

 

On remonte sur des petites alcôves  brinquebalantes, des petites casemates au creux des maisons rouillées, et la c'est la maison de toutou, y a un  stand pour chaque sorte: la maison des boulons, la maison des chaines, la maison des vis, celle des vieilles tronco pourrites, j'ai les preuves, si.

 


Des gamins nous poursuivent de turc avec un chiot dans les pattes, nous le vendre...

 

Du jus d'orange pressé avec une presse à main, sur la charette garée sur le bord de la route, le monsieur à moustaches.  C'est bon.

 

La montée abrupte, les escaliers de marbre, le marbre, il y en a partout ici, les trottoirs sont glissants de marbre, Istanbul est marmoréenne..

 

 

Les énormes bateaux, les énormes panaches noirs foncés qui les coiffent,  ils se garent comme des voitures de rallye sur un chemin de sable, un dérapage sur l'eau dure, la grosse masse de fonte qui s'approche comme un moineau léger du ponton.

 

Les rabatteurs raccoleurs de tout poils (noirs)  y a celui qui s'appelle Federer, celui qu'on appelle l'américain, ou "pas de cerveau", ceux qui vous font des grands signes depuis la berge et leur restau le meilleur de tous, alors que le bateau n'a même pas posé son amarre.

 

 

suite plus tard...

Voir les commentaires

Rédigé par Planeth

Publié dans #Vie de famille

Publié le 9 Octobre 2010

 

oct 022

 

 

         L'Automne est décidément la saison la plus inventive, la plus magique, la plus surprenante..

 

Par deux fois déjà j'ai supris le héron s'envolant , du bord de la mare et une autre fois du minuscule chêne qui est au bord de celle-ci, de ma chaise longue je ne l'avais même pas vu.

Seule Chaussette la mal nommée l'avais humé, ma Salomée, mon Agathe précieuse, elle avait le regard au raz du front et le feulement sourd pour guetter cet énorme dans l'arbre, ça fait drôle de voir cet immense oiseau partir sans un bruit à 3m de soi. Drôle et troublant..

 

Les grenouilles s'en foutent apparemment, mais les innombrables poissons ont du subir ses assauts de pêcheur, ils se planquent maintenant sous les nénuphars et même les miettes de nourritures ne les font sortir de leur abri qu'à regrets...

Il y a des victimes au champ d'honneur, les gros parents sont invisibles, déjà picorés par long-bec? Ne restent presque que la deuxième génération, mais bien timide, bien timorée.

 

Il faut choisir, vais-je poursuivre le bel ailé avec ma fourche la prochaine fois? Non, il est bien trop magnifique!

 

Nous avions déjà la visite depuis plusieurs mois, d'un gros pigeon ramier bien dodu et royal, il n'a pas peur de ma silhouette allongée sur le transat, et viens boire délicatement, pas assez chaud pour un bain ..

 

Octobre nous offre ce vent, ce vent d'Est presque tiède puisqu'il suit de près le vent d'autan qui nous a tourné la tête il y a quelques jours. Il est constant, et dormir avec la fenêtre grande ouverte, avec ce frrrrr permanent, c'est dormir près d'une mer, ou d'une haut d'une colline, une sensation merveilleuse.

 

j'ai réussi avec de longs exercices de respiration profonde à me sentir plus légère, ôter ce poids sur la poitrine que m'y avait collée l'entrée de l'Automne qui blesse le poumon fragile. Du coup ça m'étonne, de marcher dans l'herbe bruissante avec ce pas que je sens si léger, j'ai l'impression que je vais m'envoler...

Il me donne envie ce poids léger de perdre mon temps, de bâder, de lorgner , de guetter, de ne pas être dans l'ouvrage pressé..

 

Malgré tout, devant la toile, je me sens moins tout au début d'une longue route comme il ya quelques temps, moins de réflexion, plus d'élan, plus de joie..

 

Répertoriée maintenant, je peux arguer de mon statut de presque pro, et ça fait ça en moins à trimballer comme complexe au fond du soulier.   Une fonction j'en ai une,  c'est marqué.. C'est con hein?

 

Je biche aussi de sentir mes ado et presqu'adulte grandir comme des arbres, me faire bousculer par eux, par leurs réflexions, ne plus avoir ce statut  de parent infaillible, pouvoir avoir des doutes, questionner, se nourrir de leur vision du monde, les voir pousser des portes, seuls et aventureux.

 

Brefle, Octobre est décidémment un mois chéri.....

 

oct-013.JPG

 

oct-017.JPG

  oct-021.JPGChaussette-Agathe-Salomée

   oct-003.JPG

 

Shan et S

 

   Et ça, c'est un petit aperçu de la virée dans la montagne...vicdessos-138.JPG

 

Voir les commentaires

Rédigé par Planeth

Publié dans #Vie de famille

Publié le 30 Septembre 2010

            Et dire que j'ai attendu si longtemps pour faire du caramel au beurre salé. Comme dirait l'autre: c'est une tuerie (ah oui ça c'est l'exclamation à la mode, ainsi que : "c'est gourmand", quand j'entends ça, j'ai envie de donner un coup de fusil dans la télé)

 

Brefle, c'est tellement bon, qu'on pourrait presque mourir après. Et c'est hyper simple, mais je vais garder la recette pour moi, hé hé...

 

Bon par contre mes pains perdus, y valent pas tripette. Rien à voir avec ceux de ma manman, mais il faut dire que je ne les ai pas laissés tremper assez longtemps et il était vraiment rassis, le pain.

 

   En ce moment, je me sens comme quelqu'un qui a plusieurs marmites au feu, et ça poupoute tranquillement, du coup je me permets des sauteries de temps, et pas seulement l'organisation métronomique de mes différentes tâches journalières,

          Et ça fait du bien! 

             Avant-hier nous avons fini de peindre le salon. Aahh !! Ce rouge profond, de Chine, ben tiens, il est tellement beau! 

     Le poêle noir et mon adorable petit secrétaire  (le seul meuble que j'ai gardé de ma famille)  sont comme des princes sur ce fond! 

 Nous garderons notre vieux canaprout pourri, parce que finalement il est tellement défoncé qu'il est très confortable, et son rouge éteint se glisse dans le rouge royal du mur avec simplicité.  Ainsi, on ne criera pas quand les chats feront leurs griffes dessus, ni quand on apportera une assiette pleine dans son voisinage, ni quand Billie par une extrême courtoisie aura été  conviée par S à venir s'y allonger et y déposer ses poils.

 

  Je renoue avec quelques ventes.. Après la joyeuse période de Tracker d'art, cela s'était un peu éteint faute de lieu où exposer.  Maintenant je m'ancre un petit peu, je m'assois, je me conforte, et je me sens moins comme un animal aux oreille dressées, avec le sang qui tape dans la jugulaire.

Le danger du renoncement est passé, et je peux un peu plus profiter du plaisir que j'ai toujours et encore à peindre.

 

Je ne laisse rien tomber cette année, chouette.

 

La médecine chinoise me captive de plus en plus, son pendant: la langue chinoise elle aussi , même si elle me terrifie un poil. Elle m'attire toujours dans ses filets et je ne désespère pas de pouvoir un jour l'entendre. 

  Alors avec mes trois brouettes à pousser, j'ai parfois tendance à cloisonner ma journée , ce qui pourrait au bout d'un moment me conduire à l'ennui de la répétition. Cela ne sera pas, je filerai à l'anglaise quelques fois, je désorganiserai l'organisation, pour happer l'air frais du dehors, l'imprévu, l'impromptu..7

 

 

Et d'abord une petite virée dans la montagne nous fera du bien de partout!

 

 

(Dès que j'ai le derrière posé dans un camion, c'est... c'est le bonheur! ben oui...)

Voir les commentaires

Rédigé par Planeth

Publié dans #Vie de famille

Publié le 15 Août 2010

Plouegat14.jpg

 

(Et non, Akynou, je n'étais pas dans le grand ch'Nord, juste en Bretagne.)

 

 

On s'était quitté fachées, elle et moi, y a bien des années. 


Il faut dire qu'elle m'en avait fait voir, de l'eau, du deuil et  même quelques flammes, trop pour une seule femme.

Je la trouvais même laide. Et puante.. Et froide.. et triste...

 

   On a fait un grand tour de France on peut dire, 7 ans à Grenoble, presque pareil en Corse, nous voilà à Toulouse, et mes yeux ne font quà regarder en l'air, vers le nord, le nord de la Loire.

 

Quand on était loin, on s'est senti de nulle part et de partout, de là où on posait nos meubles, de là où on élevait nos enfants..Je trouvais ça bien, comme une liberté supplémentaire.

Peut-être que je me suis même un peu mise à plaindre ceux qui restaient toujours  au creux du nid qui les avait élevés, en clan, en bande, en socle familial aussi lourd qu'impressionnant.

 

On se rend compte quand on a plus ses parents, qu'avec eux  y a toujours eu une accroche, un repère, un regard. Le culbuto ne pouvait pas tomber.

Puis quand ils ne sont plus là, on met un certain temps avant de s'apercevoir que ce malaise, ce courant d'air froid qu'on a dans les épaules, il vient de là. Et qu'il vient toquer comme une pointe lancinante sur un creux qu'on a sous l'os, le lest qu'on a laisé filer parce que ce n'était pas important..

 

On est retournés là-haut, il y a quelques jours..

 

En arrivant près de la côte nord, au volant de notre camion, aux toutes premières heures du jour, j'avais comme un courant continu qui tricotait sous la peau, je voyais les noms familiers, j'avalais le paysage en noir et blanc, le ciel était haut et machicoulé de gros nuages rapides, les petits toits serrés et noirs, les arbres et les haies, ça avait si bien repoussé! (depuis cet épouvantable remembrement des années 70)

J'ai failli virer et emmener tout le monde direct sur St Brieuc, mais on avait rendez-vous un peu plus loin.

 

Il se trouve que ce devait être le bon moment pour remonter, on a revu aussi presque tous les amis qu'on avait laissé derrière nous, il y a 15 ans.. (merci Paulo ;0))

 

Et ma Charlotte...

photo-6-.JPG

 

Je ne suis pas une bonne amie, je me suis déjà dit ça .

Je suis distraite, absente parfois, oubliant la lettre qui ferait plaisir, craignant le téléphone , on pourrait me croire infidèle.. Je ne sais pas très bien faire.

Puis je débarque comme ça, et l'air de rien, et tout devrait être pareil, ne pas avoir bougé. J'ai l'impression que oui, il y a à peine quelques instants que l'on s'est quitté.

Mais ce n'est pas si simple, n'est-ce pas? Et il me faudra peut-être m'appliquer à recoudre à petits points serrés ce qui s'est effiloché..

 

Pour moi vous êtes tous là, comme il y a cinq minutes, enfin, à peine plus.. A peine changés, quelques poils gris , quelques rides, mais les conversations ont repris de la même façon , les blagues et les histoires que l'on se racontait.

 

Sur mes épaules, il y a de nouveau ce manteau lourd et douillet qui en avait glissé depuis quelques années.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Planeth

Publié dans #Vie de famille

Publié le 12 Juillet 2010

     

port.jpg

 

 

         Voilà, la période concentrée stressée tête de guidonnée est finie, chacun a passé son bac, son brevet, son exam, on est tous bien, très bons, très contents de nous, on se félicite mutuellement, grassement, tout ça...


Le grand a franchi la porte, notre rite d'initiation à nous , qui est sensé nous faire entrer dans le monde adulte, le bac.. 

on est soulagés, et inquiets, maintenant il faut penser qu'il ne sera plus pas loin, par là à bout de voix, mais dans le courant des choses,


On se rassure en le regardant, : est-ce qu'il n'est pas si grand , si fort, que rien ne puisse lui faire du mal?


Rester à portée de coeur.


         Cette nuit, je n'ai rêvé que de points (d'acupuncture), c'était un embrouillamini  épouvantable , et pourtant, plus d'exam, c'est terminé pour cette année , mais bien-sûr, ne rien lâcher.. 

Et cet orgueil, my god, ai-je pensé avant que cet orgueil me lesterai à ce point?  OK il sera mon moteur puisque mon goût de l'échec si longtemps mignoté a fini par lâcher prise, découvrant comme la mer qui s'en va, une grève de petits cailloux pointus et exigeants,

 J'avais réussi mes échecs, il  reste à me prouver que c'était un choix .


Et travailler pour cette jolie petite galerie de Toulouse qui m'accueillera en Septembre, si j'ai bien tout ce qu'il faut, voilà encore un chouette challenge qui me va.


Du pain sur la planche, de l'huile sur la toile, des points sur les méridiens, ne point  se dissoudre dans l'été, se concentrer, ne pas oublier le chinois qui ne se parlera pas sans que j'y veille un brin.

 

Mais nous aurons le temps malgré tout, d'aller frotter nos visages au vent du Finistère, nos mains sur le granit rond, nos pieds dans les herbes rèches et retroussées du bord de mer, retrouver le caractère rugueux des bretons, réapprivoiser mon amour pour cette terre originelle.  Les secousses et les drames sont loins..

Voir les commentaires

Rédigé par Planeth

Publié dans #Vie de famille

Publié le 31 Mai 2010

lauzerte-002.JPG                                             Le même chemin à trente-cinq ans d'intervalle..

gardeshiver.jpg

 

                                  La même balançoire sous le même chêne, la maison est encore plus sauvage et cachée, le successeur de papa, encore plus "ours"...

lauzerte-003.JPG

 

gardes71.jpg

 

gardes5.jpg                                                         "Gardes", ou les meilleurs moments de mon enfance..

 

 

 

 

  La nostalgie , c'est bien de s'y balader, mais le présent, c'est chouette aussi:

 

lauzerte-009.JPG           Petit camping merveilleusement calme et peu indiqué,  à Lauzerte..

 

  Et cueillette sauvage dans un champ de cerisiers abandonnés. (si ça existe!) après une belle balade de 10km , le temps de retourner voir ma petite école de Saint-Urcisse, à 5km de la maison.

photo-5-.jpg

 

Voilà, c'est tout

 

Voir les commentaires

Rédigé par Planeth

Publié dans #Vie de famille

Publié le 24 Mai 2010

 

Bon quand même ce qui n'était pas du tout énervant ce sont ces deux belles journées au bord de l'océan, une eau divine et vivifiante au saut du camion, je vous dis que ça....

 

pentecote-024.JPG   pentecote-002.JPG

 

 

 

 

 

 

 

pentecote-018.JPG

 

 

 

 

Mais aujourd'hui tout m'énerve.. tout ça parce que mon rétro intérieur était encore par terre quand j'ai pris la voiture tout à l'heure..

 

Quand on était en Corse, on avaitt tellement bien intégré la rumeur, que les retards, les mauvaises expériences, les truanderies en matière de menus travaux divers et variés , d'abord n'ont pas été si nombreux, et ensuite, nous ont laissé assez indifférents..

 

On était philosophe, être dans un endroit divin méritait quelques efforts d'adaptation.

 

En croyant revenir vers la société moderne et bondissante, on a eu quelques déconvenues , le téléphone a mis plus d'un mois à parvenir jusqu'à nous, tellement isolés sans doute, à 20km de Toulouse...

Nos diverses expériences auprès de l'artisanat et des services locaux nous ont laissés et nous laissent aujourd'hui assez perplexes..

 

J'ai commencé à rayer quelques adresses autour de moi: garagistes, chauffagistes indigents, plombiers absents, et ramoneurs  innefficaces..

 

La palme pour l'instant revient au chauffagiste qui a dû paser en trois fois, la valeur d'une 20ène de minutes en tout, la dernière fois , il est resté le temps que j'aille faire pipi dan les toilettes sèches.. c'est pour dire.. je viens de me rendre comte en lisant la notice du machin qu'il a installé à la vitesse d'une ferrari, qu'il fallait obligatoirement vidanger toute la chaudière au préalable... sic, peut-être pour ça qu'elle toussote ma pauvre mémère, et que sa pression  est aussi aléatoire qu'un vol de papillon...

.

 

N'empêche, je rêve d'une région où rien qu'en appelant un numéro au hasard dans l'annuaire pour un service quelconque, je tomberais presque tout le temps (je demande pas l'impossible non plus) sur quelqu'un qui fait son boulot, juste ça....

 

Je ne comprends pas, c'est quoi le plaisir de faire son taf comme un branquignol? c'est quoi le but?

 

Voilà , chui énervée..

 

 

 

edit de 20h22, j'ai marché dans la forêt, c'est bien, je suis nettoyée de mes scories..


Le truc quand on est dans le gros camion vert, c'est qu'on peut lorgner ce qui passe dehors, j'adore ça.

Le matin du Dimanche, sur le bord de cette belle plage, les messieurs amènent promener le chien.

Après avoir vu un monsieur grisonnant bedonnant revenir lentement à son audi break suivi de deux gros moutons chiens lourds et lents,  les trucs 'bradors qui deviennent comme des tables basses avec l'âge et qui marchent au roulis branlant,

on l'a observé déplier une petite passerelle pour que les vieilles choses puissent monter dans le coffre, ce qu'elles ont fait avec l'habitude des vieillesses au long cours.


Le monsieur d'après a posé sa petite audi (oui je crois que c'est un coin à audi,  y a des sous )  et j'ai mis un moment à voir ce qu'il  avait au bout de sa ficelle, c'était un mini chien, j'espère qu'il ne l'a pas perdu dans les sables..


La nuit a été tranquille, on a juste eu un monsieur qui a quitté le coin au milieu de la nuit en faisant un gros pouët avec son klaxon, une erreur sûrement, et au petit matin, un autre monsieur qui avait des glaires collées au fond du gosier et ça faisait des gros reuarrrr, reuarrrrr par super râgoutants, mais enfin on était quand même bien.

 

 

Le petit souci quand on se met dans ce genre d'endroit, c'est de trouver un coin pour faire pipi tranquillement, surtout pour les filles hin, hin, j'en vois qui ricanent bêtement.. Bien-sûr y a la mer, mais pas à 3h du mat.

Cela dit, elle a été super sage ma vessie, et j'ai attendu tranquillos les 8h30 du mat' pour aller faire trempette. Imanginez, un océan entier rien que pour soi, à cette heure ci, y a que les folles qui se baignent,

Marcher sur un sable qui n'a pas vu de pieds depuis la veille et qui s'est fait tout lisse tout doux entre temps, et un soleil de Mai, bien honnête,

ça donne un début de journée plutôt joyeux, et après prendre son petit déjeuner face à la mer, dans gros camion, et mater les gens qui arivent à la plage...

 

Le pied.

 pentecôte 004

Voir les commentaires

Rédigé par Planeth

Publié dans #Vie de famille

Publié le 26 Avril 2010

Hiiiiiiiiiiiiiiiiii! Je vais pouvoir me remettre à mes pinceaux! Une semaine que je les ai laissés sécher comme des poissons sur la plage. Cause bûchage de cours.

 

Mais aujourd'hui.....

 

Cours-y vite, cours-y vite!!

 

edit de 20h07:

 

avril-014.JPG

 

avril-010.JPG

 

avril-007.JPG

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Planeth

Publié dans #Vie de famille